C1 : Mazembe accroché à Lubumbashi !

Le TP Mazembe n’a pas pu faire mieux qu’un triste nul (0-0) pour se lancer dans la phase de groupes de la CAF Champions League, opposé au CR Belouizdad d’Algérie.

De la maladresse, de l’inefficacité, le manque d’engagement, une panne d’inspiration… Ce samedi 13 février au temple de Badiangwena, il y avait tout, sauf de la réussite.

Comme chaque saison ces dernières années, les Corbeaux abordent cette étape de la compétition avec beaucoup d’assurance, Mihayo en conférence de presse d’avant match n’aura pas dit le contraire : « Devant Belouizdad, notre force sera le collectif… ».

Du jeu collectif, oui, ses poulains en ont fait preuve. Pourtant, face à des algériens qui montrent quant à eux de l’envie dans leur jeu, ces Corbeaux là ont été interceptés en plein vol.

Tshibangu, Kuyate et Ulimwengu n’ont pas trouvé la pièce manquante au puzzle pour embellir leur trio d’attaque. Des belles phases de jeu, mais à chaque fois, c’est la conclusion qui bègue. Pas grand chose à se mettre sous la dent durant toute la première période, le marquoir de l’entre de Badiangwena indique 0-0 au moment de rejoindre les vestiaires.

A la reprise, les visiteurs semblent avoir gagné en confiance et répondent aux assauts des Noir et Blanc de Lubumbashi, avec quelques tentatives en attaque, mais très faibles pour surprendre la défense congolaise.

Côté Corbeaux, malgré les entrées en jeu de Kalaba, Beya, Mayombo et Kisangala, rien à signaler en terme d’amélioration en attaque, les nouveaux entrants imitent les titulaires dans leur maladresse.

Sous le soleil lushois, les carottes étaient déjà cuites dans le temps réglementaire, et celui additionnel n’aura été que formalité. Mazembe et Belouizdad se quittent en bons amis, les Corbeaux vont devoir patienter la prochaine journée pour essayer de déployer leurs ailes.

C1 : Des débuts ratés pour Vita Club en phase de groupes

L’AS Vita Club a entamé ce vendredi soir la phase de groupes de la Ligue des Champions de la CAF, de la plus mauvaise des manières.

Quarante jours sont passés depuis leur dernier match, certes. Mais les Moscovites n’ont visiblement rien perdu de leur rythme.

Amenés par quelques révélations du dernier CHAN, le surprenant Masasi et sa bande se sont projetés vers l’attaque, se procurant les premières occasions du match, d’entrée de jeu. Tout semble donc bien parti pour que les Vclubiens fassent sauter le verrou tanzanien. Sauf qu’entre la théorie et la pratique, il y’a un pas que les poulains de Florent Ibenge n’ont pas réussi à franchir jusqu’à la mi-temps, malgré des nombreuses occasions. Vita Club domine, oui, mais c’est stérile.

Quand arrive le scénario tant redouté !

L’attaque, l’attaque, et rien que l’attaque. Faire un pressing très haut, étouffer la défense adverse et essayer de trouver la faille, tels sont les signes montrés par les Dauphins Noirs au retour des vestiaires. Mais cela, sans penser à resserrer les lignes derrière, visiblement. Erreur !

En effet, alors que les congolais continuent d’appuyer sur l’accélérateur, les tanzaniens eux, jamais prêts à abdiquer dans cette partie, procèdent en contre. Des contre-attaques, alors des vraies. Ils se contentent de ces sorties des balles à la vitesse de l’éclair pour inquiéter la défense moscovite, jusqu’à obtenir un penalty, suite à une erreur de Vivie Assie. Chris Magalu s’en charge et transforme pour Simba (0-1, 61’).

S’en sont suivies des minutes identiques à celles de la première période, les mêmes causes ont produits des mêmes effets : les Vert et Noir de la capitale sont restés aux abords de la surface tanzanienne pendant quasiment tout le reste de la partie, sans jamais réussir à faire trembler les filets.

Défaite à domicile pour commencer une phase des groupes de la C1, face à un adversaire qui, pourtant, était annoncé prenable au départ. Mais les aprioris, ces tanzaniens n’en ont rien à faire !

CHAN : Le Niger à terre, la qualification dans la poche ! (Le résumé)

Nzombo le soir, leur spécialité ! N’ayant besoin que d’un nul pour se qualifier, les Léopards, gourmands, remportent une belle victoire face au Mena du Niger (1-2). Messieurs et dames, le filme du match :

Ibenge supervise depuis sa quarantaine, Mihayo entraîne et conduit ses poulains, mais encore une fois, c’est le maudit Coronavirus qui fait quelques choix : Baggio Siadi, gardien de la JS Groupe Bazano, dont on n’aurait forcément pas imaginé voir titulaire dans ce CHAN, est l’invité surprise de la soirée. Il remplace Nathan Mabruki, testé positif au Coronavirus dimanche dans la soirée, avec Ricky Tulenge et William Likuta. Trois matchs, trois gardiens. Les Léopards déjà minés par quelques doutes ?

La physionomie du match dès l’entame donne un grand oui comme réponse à cette question. En effet, en plus de laisser la possession de balle aux nigériens, les congolais sont en panne de concentration en défense : incompréhension entre Inonga et Siadi. Le premier remet un mauvais ballon derrière, le second rate sa relance et offre une première occasion franche à des nigériens visiblement moins inspirés, ils la ratent. Grosse frayeur, on ne joue que la quatrième minute.

Kabangu, dans les airs de Yaoundé

Décidément, les Léopards n’ont pas besoin d’être étincelants pour briller. Pas grand chose à se mettre sous la dent en termes d’occasions, à part une frappe môle d’Ushindi qui passe largement à côté (23’). Dans la jungle devant sa proie, un léopard surgit quand on s’y attend le moins. Contre le cours du jeu, Dark Kabangu, bien que déséquilibré, saute plus haut que toute la défense nigérienne, smash le ballon de la tête et l’envoie dans la lucarne opposée, ouverture du score pour les Léopards (0-1, 27’). Puissant, précis, efficace…

L’avant-centre du DCMP aurait pu obtenir une belle occasion de faire le break peu avant la pause, si l’arbitre algérien du match ne se faisait pas passer pour un aveugle lorsque le buteur se faisait accrocher dans la surface. Le monsieur au sifflet ne bronche pas, penalty oublié. La RDC mène donc par un but d’écart au moment de rejoindre les vestiaires.

De la maîtrise aux erreurs, pour relancer le suspense

Au retour des vestiaires, les hommes de Mihayo affichent beaucoup de tranquillité. Inonga est plus calme en défense, la même maîtrise qu’on retrouve au milieu de terrain, un milieu dans lequel Mika Miché, capitaine occasionnel, s’illustre en vrai patron. Sur les ailes ça bouge, Ushindi renoue avec sa technique.

Cependant les congolais vont tomber dans le piège de la facilité. Certes, plus tranquilles dans le jeu, nos fauves paient cache une erreur de marquage, lorsque le Mena décide d’appuyer sur l’accélérateur. Oublié par la charnière centrale, Moussa Issa reprend de la tête un ballon quasiment inespéré pour battre Baggio Siadi (75’). Plus que quinze minutes à jouer, réaction attendue, dans une partie devenue tendue !

Masasi sort une autre cartouche !

Vous souvenez-vous d’Amede Masasi ? Le milieu de terrain de l’AS Vita Club aura été l’ombre de lui-même tout au long de la partie, mais n’a pas hésité d’appuyer sur sa gâchette pour tirer, encore une fois, une balle réelle. Dans les ultimes minutes, le portier nigérien commet une bourde, ceci profite à Beya qui retrouve en retrait Masasi, qui, d’une frappe lobée, marque le second but des Léopards (1-2, 90+3’).

On ne l’a pas senti venir celui-là ! Mais ce but, aussi beau que décisif, permet aux congolais d’accéder aux quarts de finale et de continuer à caresser le rêve d’accrocher une troisième étoile au CHAN.

CHAN : Un tire de Masasi, un nul arraché ! (Le résumé)

In-extrémis ! Ce mot n’a jamais aussi bien porté son sens dans un match de foot, autant qu’il le porte dans ce duel entre Chevaliers et Léopards.

Une affiche choc entre deux anciens vainqueurs de la compétition, un match déjà décisif dans ce groupe B, on est qu’à la deuxième journée de ce premier tour. La relance pour les Libyens et une éventuelle qualification pour les congolais, tel est l’enjeu de ce match.

Que se passe-t-il avant le coup d’envoi ? Le Coronavirus a gagné un peu plus du terrain dans l’effectif des Léopards. En effet, quelques heures plus tôt, Florent Ibenge et quatre joueurs sont testés positifs, ils suivront la partie en isolement. La poisse ?

Sur le terrain, nos fauves sont cueillis à froid. Après seulement cinq minutes de jeu, Muetaz Husayn, d’une tête croisée, ouvre score pour les libyens. Pamphile Mihayo sur le banc et Nathan Mabruki dans la perche, respectivement remplaçants de Florent Ibenge et Ley Matampi en isolement, ne peuvent que constater les dégâts. Ceci explique cela ? Le Corona n’en est pour rien, et pourtant !

Assommés, ou pire, asphyxiés, les Léopards perdent des griffes dans cette bataille. Ils se procurent tout de même deux belles occasions au bout d’un quart d’heure : d’abord une tête non maîtrisée de Lilepo, ensuite une frappe à bout portant d’Ebengo qui frôle le poteau. En face, c’est solide en défense. Eh oui ! Les chevaliers ont déployé leurs boucliers.

Des boucliers, des vrais. Combinés avec une dose de chance libyenne, embellis par la criante maladresse de l’attaque congolaise. Les Léopards multiplient des assauts, en vain. A deux minutes de la pause, Ebengo et Masasi combinent dans un trou de souris. Le milieu de Vita Club bat le portier libyen, mais cette fois, c’est le poteau qui s’interpose. Ça sent la malchance !

La seconde commence au rythme de la fin de la première. Les poulains de Mihayo prennent les choses en mains, mais buttent sur le portier libyen, ce dernier étant toujours aussi vigilant.

Masasi, au bout du bout du suspense

Pamphile Mihayo lance Dark Kabangu et Ricky Tulenge aux places de Chico Ushindi et Fiston Mayele, espérant trouver la faille dans une défense bien regroupée des Libyens. Cependant la solution existait déjà sur la pelouse, elle s’appelle Masasi. Dans les temps additionnels, alors qu’on se dirigeait tout droit vers une défaite, Masasi, comme son nom, tire à bale réelle. Un boulet de canon qui vient nettoyer la lucarne du portier libyen qui, jusque là, était irréprochable.

Quelle fin du match ! Au vu de la physionomie de cette partie, les Léopards arrachent logiquement ce nul précieux qui leur permet de conserver leur place de leader dans ce groupe B. Nzombo le soir, phénoménal, sensationnel !

RDC : Mazembe annonce l’arrivée de Baleke, serial buteur de JSK

Révélation du championnat national cette saison, Jean Baleke Othos va poursuivre son ascension à Lubumbashi. Quoi de mieux pour une pépite qui découvre à peine le haut niveau, dont les ambitions devraient monter d’un cran.

La nouvelle a été annoncée ce jeudi 21 janvier via le site internet du TP Mazembe. En dépit de la rude concurrence à son poste, l’actuel meilleur buteur de la Vodacom Ligue 1 (9 buts) a accepté de rejoindre les rangs des Corbeaux.

Dans cette annonce, le club lushois signale que toutes les parties se sont mises d’accord pour son transfert. Du haut de ses 19 ans, l’homme providentiel de la Jeunesse Sportive de Kinshasa, actuellement au Cameroun avec les Léopards A’, va pouvoir découvrir les compétitions interclubs de la CAF avec son nouveau club.

Entre coup d’arrêt et continuité, le travail de l’ancien de Standard de Lemba sera confronté à la concurrence à son poste dans ce nouveau chapitre de sa carrière.

CHAN : Ushindi porte les Léopards (le résumé)

Amputée de quelques joueurs testés positifs au Coronavirus, notamment le capitaine Issama Mpeko, la RDC lance sa compétition avec un 11 de départ inédit, avec des titularisations forcément imprévues.

« Oui, un match très particulier… » répondait Florent Ibenge en direct de Canal+ à la veille du coup d’envoi. Eh oui, il sera bien spécial, car au moment de lancer la partie, un nouvel enjeu s’ajoute sur la liste de nombreux autres : la Libye et le Niger ont fait jeu égal (0-0) dans le premier match de ce groupe B, le vainqueur du derby du fleuve prendra la première place du groupe. Adrénaline !

Cinq minutes d’observation, puis quelques unes un peu plus folles. Les deux équipes engagent, les attaquants se créent des occasions, ça va dans tous les sens. Le match s’annonce donc ouvert, puis vient une petite frayeur côté Léopards : Matampi reste au sol après un contact avec un Diable Rouge. Le capitaine du soir se lève au bout d’une minute, plus de peur que de mal.

Le match aura beau être ouvert, mais les attaquants font preuve de maladresse. Les deux gardiens n’auront pas usé de gommes de leurs gants, deux défenses vigilantes… tant pis pour le spectacle. L’arbitre renvoie les vingt-deux acteurs aux vestiaires sur un score nul et vierge.

Ushindi sort la chicote

Les poulains de Florent Ibenge débutent la seconde période tout feu tout flamme. Deux minutes seulement après la reprise, Chico Ushindi trouve le chemin des filets (47’, 1-0). Excentré sur une descente à cent à l’heur sur l’aile gauche, le joueur du TP Mazembe reçoit un centre à ras du sol qui traverse toute défense, avant, d’un plat du pied, de fixer le portier du Congo et le battre, envoyant le cuir au petit filet intérieur. Un petit pas de « Fimbu » pour célébrer, comme un air du déjà vu !

A l’heure de jeu, le buteur se blesse et doit céder sa place à Dark Kabangu. Sur civière, Ushindi est amené hors des limites du terrain, en larmes ! De la célébration à la douleur, un contact des muscles comme transition. Derrière, le butteur du DCMP découvre la pelouse du stade Japoma, et se crée sa toute première occasion au bout de deux minutes, sans succès.

Désireux de tuer le suspense, Florent Ibenge revoit ses pions sur le banc pour apporter du sang neuf sur le terrain. Si le premier changement était de suite d’une blessure, le deuxième lui, un choix tactique. Très attendu et répondant aux attentes (ou presque), le jeune Kimvuidi est remplacé par Mumbere. La RDC ne fera pas le break, le suspense va résister jusqu’au coup de sifflet final (1-0).

Ce succès permet aux Léopards de s’emparer de la première place du groupe B et d’attendre sereinement le prochain rendez-vous, face à la Libye le jeudi 21 janvier. Dévorés, leurs adversaires du soir, les Diables Rouges, rougient à la dernière place.