Pelly Mpanzu dans les nouveautés

Pelly Ruddock Mpanzu, l’ancien joueur de West Ham actuellement à Luton en Angleterre figure dans la présélection publiée par la FECOFA pour les rencontres amicales face à la Tunisie et au Mali.

Pelly Mpanzu dans les nouveautés

Et si Karim Kimvuidi était le futur Trésor Mputu ? Découvrez les raisons..

À seulement 19 ans, Karim Kimvuidi le milieu offensif du Daring Club Motema Pembe est à fleur de son talent au regard de ce qu’il montre depuis le début de la saison en cours. Prouesses récompensées par un appel en sélection nationale comme renfort, alors qu’il y’a deux ans il regardait ces stars de l’équipe nationale à la télévision.

Déjà plusieurs fois passeur et maintenant buteur, le jeune Karim devient de plus en plus fort techniquement et potentiellement intéressant à voir jouer.

Certains observateurs et analystes estiment qu’il est jusque-là le meilleur numéro 10 du championnat national, de par sa facilité à éliminer ses adversaires et à devenir indispensable dans le jeu de son équipe, le DCMP.

En effet, ses qualités rappellent directement aux débuts d’un certain Trésor Mputu, l’un des meilleurs si pas le plus grand talent que du football congolais de ces deux dernières décennies.

Technique, finesse, Vista, précision de passes, vision jeu court, jeu long, volume de jeu incroyable, maturité dans ses prises de décisions souvent au bon moment, Karim Kimvuidi rappelle comme une deux gouttes d’eau le génie de Mputu Trésor.

De quoi à penser que si le jeune Karim gère mieux sa carrière, il peut devenir le futur Trésor Mputu, pourquoi pas aller plus loin que la légende du Tout-puissant Mazembe.

Il y’a le CHAN qui se pointe à l’horizon dès le mois de janvier prochain au Cameroun, espérons qu’il soit sélectionné et faire une bonne compétition.

France : Kakuta bien parti pour une grande saison ?

L’international congolais se montre très régulier statistiquement cette saison. Un des protagonistes des succès lensois depuis le début, il est devenu ce cadre dont l’entraîneur ne pourrait se passer. Souvent au cœur du jeu et parfois à la finition, Gaël Kakuta étale son efficacité ponctuée par des performances de grande classe.

Promu, le RC Lens surprend plus d’un. Les Sang et Or, en plus d’avoir fait tomber le PSG, passent clairement du statut d’outsider à celui de favoris en Ligue 1, et ce malgré la défaite sur le terrain de Lille le 18 octobre dernier. Avec un match en moins, les Artésiens comptent 13 points sur 21 possibles, occupant provisoirement la 7e place du classement. Cependant Gaël Kakuta en est pour beaucoup.

En effet, l’ancien joueur de Chelsea est impliqué sur 5 des 10 buts lensois (4 buts, 1 assist). Sur les terrains de la Ligue 1, l’international congolais se montre en vrai leader, dans toutes les phases de jeu. Ses buts et sa passe décisive ne sont pas tout ce que l’on peut retenir. Son efficacité va bien au delà de ça, Kakuta a réussi la majorité de ses dribbles tentés. C’est ainsi qu’après la défaite de Lens face à Lille, des nombreux observateurs ont dû conclure que le jeu des Lensois était trop dépendant de lui.

A l’issue de la 8e journée du championnat français, le quotidien L’Equipe a noté des joueurs, se basant sur leurs performances depuis le début de la saison. Sans surprise, le Léopard se trouve dans le top 10 de ce classement, avec une note globale de 6,29/10. Des chiffres très encourageants qui, forcément, mèneraient Kakuta à revoir ses ambitions à la hausse. À l’image de son équipe, Gaël Kakuta semble bien partir pour faire une bonne saison. Reste à savoir s’il va garder le même niveau jusqu’à la fin.

Portrait : Arnaud Lusamba

Arnaud Lusamba est issu d’une famille originaire de la République démocratique du Congo et du Cap-Vert et grandit dans la Cité de Metz-les-Bordes à Metz. Il évolue jusqu’à l’âge de 13 ans à l’ESAP Metz. Supervisé par les deux grands clubs professionnels de la région, il opte pour l’AS Nancy-Lorraine, plus rapide à déceler son talent et plus convaincant par l’intermédiaire de son recruteur Mohamed Ouadah.

Ce milieu de terrain polyvalent débute en équipe de France en catégorie U16, et va alors connaitre une ascension fulgurante. En un an, Arnaud passe des U17 au groupe professionnel. Lancé dans le grand bain par Pablo Correa, il marque face à Dijon lors de son premier match en Ligue 2. Quelques jours plus tard, à 17 ans et demi, il signe professionnel pour une durée de trois ans.

Après une belle saison au sein du club nancéien, il a des envies d’ailleurs. Alors qu’il est sollicité par plusieurs clubs de Ligue 1, et qu’il lui reste seulement six mois de contrat, il opte finalement pour l’OGC Nice avec qui il jouera la Ligue Europa. Il signe officiellement avec le club azuréen le 19 juillet 2016.

Le 4 juillet 2018, il s’engage avec le Cercle Bruges pour une saison en prêt, avec option d’achat.

Il a du temps de jeu et il en est satisfait. « Je pense que nous n’avons pas mal fait, nous avons récolté dix-neuf points et obtenu de bons résultats, notamment à domicile. Personnellement, je ne peux pas être insatisfait, j’ai accumulé beaucoup de places de base et je pense que je suis utile à l’équipe. ça va aussi bien, je suis vraiment content d’avoir pris le pas et que je me suis ajusté au niveau.  » a-t-il déclaré sur le site officiel de son club.

Lusamba peut jouer avec la RDC, le Cap-Vert ou la France en équipe A.

Distel Zola : Youssouf Mulumbu a beaucoup fait pour mon arrivée en sélection !

Dans le sud des USA, dans l’Etat de Texas, se cache un talent dont les prouesses chez les Léopards commencent à se faire oublier : Distel Zola. De sa situation en club aux anecdotes en passant par ses débuts en sélection, le milieu de terrain s’est livré à notre rédaction via un Live Instagram.

https://www.instagram.com/p/B_4tB7gp-HD/?igshid=10j5ypudv7zad

« Mon moral est bon »

La première saison de Distel au Locomotive d’El Paso, son club actuel, coïncide avec la meurtrière pandémie du Coronavirus. Une situation qui, pour un joueur en pleine adaptation dans un nouveau club, serait un frein à son intégration et jouerait forcément sur sa psychologie. Mais l’ancien joueur de Nancy maîtrise la situation : « Mon moral est bon. Je me suis bien intégré car je me suis très bien préparé. Je m’adapte bien… »

Youssouf Mulumbu, l’une des clés de l’arrivée de Distel Zola en sélection !

L’œil regardant d’« El Capo » sur les jeunes binationaux ne date pas de la dernière pluie. En effet, alors que Zola évoluait avec les équipes de jeunes des Bleus (France), Mulumbu surgit en facilitateur pour l’orienter vers la sélection de la génération « Mulunge » : « Le premier appel c’était pour Marbella, il s’agissait de la préparation d’un match amical face au Gabon à Paris (…) Je connaissais Youssouf depuis longtemps. Il habitait avec mon cousin. Sans le savoir, on jouait déjà ensemble depuis tout petits. Je jouais avec l’équipe des jeunes de la France quand il m’a appelé. Youssouf a beaucoup fait pour mon arrivée en sélection… » a confié Distel Zola. Pour rappel, le staff technique était chapeauté à l’époque par Robert Nouzaret.

Claude Leroy, un sentiment de gratitude !

L’international congolais aura vécu la première de ses onze sélections sous Robert Nouzaret, certes, mais c’est le « Sorcier Blanc » qui lui offrait l’une de plus grandes opportunités de sa carrière : jouer sur la pelouse du mythique stade des Martyrs ! Distel n’a pas tari d’éloges son ancien sélectionneur : « Je dois beaucoup à Claude Leroy » a-t-il reconnu, avant de poursuivre « Il m’a donné l’opportunité de débuter au stade des Martyrs. C’est un coach qui connaît bien l’Afrique, il a entraîné un peu partout. Il sait gérer les joueurs, il a une âme un peu paternelle » Sur ces dernières phrases, Zola établit notamment une différence entre Leroy et Nouzaret.

Le penalty de la mort !

Le 24 mars 2013 à Kinshasa, la RDC et la Libye se quittaient dos-à-dos (0-0) dans un match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde. Alain Kaluyituka ratait alors un penalty en seconde période, qui aurait pu offrir une victoire aux Léopards. Zola nous a ramené dans les coulisses de ce scénario : « On est 0-0 à la mi-temps. On pousse jusqu’à obtenir un penalty en seconde période, mais personne n’a voulu prendre la balle. Mbokani, Mputu et Roum aimaient mettre des buts au Martyrs, mais ils n’ont pas voulu tirer. C’est finalement Kaluyituka qui prend la balle et rate le penalty, tout s’est effondré. Dans le vestiaire ça sentait la fin pour Claude Leroy. »

Comme de nombreux autres Léopards qui n’ont pas joué sous nos couleurs ces dernières années, Distel Zola reste ouvert à un retour.