Forces et faiblesses de Christian Luyindama : Conseil pratique

Le solide défenseur congolais de Galatasaray Christian Luyindama Nekadio est en pleine progression depuis son arrivée en Europe en 2016. Lui qui a quitté Mazembe pour Standard de Liège alors que peu de sportifs ne lui ont fait confiance, le géant défenseur axial a réussi à s’imposer dans le club belge, jusqu’à être surnommé « Boss ».

Ses performances n’ont pas laissé les recruteurs indifférents, jusqu’à susciter l’intérêt de Galatasaray (D1 Turque) pour un prêt avec option d’achat dont le transfert tournera autour 9 Millions d’euros.

En dépit de ses qualités athlétiques, sa force aérienne, sa puissance, et son impact dans le jeu, le roc congolais accuse également quelques faiblesses à éviter selon certains experts.

Le positionnement de Christian reste très approximatif.

Joshua Bellini, ancien joueur et analyste sportif a décelé les difficultés du « Boss » : «Le positionnement de Christian reste très approximatif. J’ai encore suivi sa rencontre aujourd’hui (face à Sivaspor) et je peux encore confirmer ces instants de déconcentration et une approche très suffisante dans le marquage et les phases constructives (…) je ne suis toujours pas convaincu. J’espère et ceci pour le bonheur des Léopards, avoir tort pendant la CAN ! Il doit beaucoup travailler sur ce point, rien n’est encore tard» s’est-il plaint.

Et pour compléter le précédent, Gede Luiz Kupa, Journaliste et analyste sportif a ajouté : «Luyindama est fort en duel physique mais il est souvent en retard avant une transmission. Il a cette difficulté de lire le jeu et intercepter. Il doit développer sa capacité de lire ce que pensent un attaquant avant qu’il ne le fasse, c’est aussi ça la qualité d’un grand défenseur.

En plus qu’il a tendance à subir les actions que prévoir les éviter, il va lentement au marquage pensant que tous les attaquants freinent le jeu et dribblent. Voilà pourquoi il est souvent mis en difficulté lorsque deux attaquants jouent en une, deux» poursuit-il.

«Son positionnement c’est vraiment le plus gros problème. Lors du marquage en groupe, il a tendance à sortir du bloc croyant tout maîtriser et ça met ses coéquipiers en difficulté.

Et lors de la phase de construction, il est soit en retard soit en avance exagéré. Toujours tendance à sortir avec la balle même lorsque les milieux de terrain et attaquants jouent bas pour construire.»

«Notre défenseur doit simplifier les choses, jouer calme et se laisser guider par un défenseur un peu intelligent tactiquement que lui, « Tisserand » dans notre cas. Il doit aussi prendre l’initiative de rappeler ses coéquipiers à l’ordre, ça pourrait lui donner plus de responsabilité. J’espère qu’il fera une bonne CAN» conclut-il.

Rappelons par ailleurs que parmi les rares joueurs congolais ayant un temps de jeu considérable et est en forme avant la Coupe d’Afrique des nations prévue au mois de juin et juillet prochain en Égypte.

Grâce au Trésor congolais, Bakambu envoie la RDC en Égypte

Auteur d’une prestation XXL face au Libéria, Trésor Mputu a permis à Cédric Bakambu de marquer l’unique but qui a qualifié la RDC à la phase finale de la coupe d’Afrique des nations, prévue au mois de juin et juillet prochain en Égypte.

À 33 ans, le chouchou congolais garde toujours ses jambes de jeunesse. Égal à lui-même , le numéro 8 congolais a été souvent à l’origine de plusieurs actions dangereuses de la RDC, le dimanche face aux lones stars du Libéria. Comme depuis le début de la saison avec son club (Mazembe), le surnommé «Touré» continue à satisfaire avec des buts et passes décisives propre à sa spécialité. Trésor Mputu va retrouver l’Égypte où il avait marqué son premier but dans une phase finale de la coupe d’Afrique des nations, 13 ans après. Visiblement, cette CAN 2019 sera la dernière pour la star congolaise.

Trésor Mputu, un léopard qui retrouve ses jambes de jeunesse

Longtemps disparu dans les radars du football congolais, Trésor Mputu mabi (31 ans) le meilleur joueur du tout-puissant Mazembe de tout le temps, retrouve sa forme d’il y’a quelques années, grâce à la confiance que lui a donné son coach, et ex coéquipier Pamphile Mihayo.

Le meilleur buteur du monde 2007 de toutes les compétitions et championnat confondus, avait perdu ses repères après sa signature au club Angolais (Kabuscorp) en 2014, après avoir raté le CHAN qui s’est joué en Afrique du sud.

Son passage au club angolais finit en queue de poisson entre lui et les dirigeants du club, l’attaquant congolais résilia le contrat sans aval du club et rentra à Mazembe, sans que la FIFA soit au courant de cette manoeuvre. Conséquences, 18 mois de suspension sans jouer et en procès avec le club angolais, jusqu’à être disculpé par les grandes instances du football.

Celui qui détient le record de meilleur buteur de la ligue des champions de la CAF en une seule édition (avec 20 réalisations), aura de difficultés pour intégrer le groupe du Tpmazeme, entraîné par son ancien capitaine P. Mihayo.

Ce passage à vide suscita débat dans le monde sportif congolais, et c’est 80% de congolais qui ont enterré le chouchou de Kamalondo. Et par conséquent, il ne bénéficiera pas d’une sélection en équipe nationale durant 5 ans, depuis la CAN RSA 2013.

Contre toute attente, le surnommé «Touré Mada» sortira ses griffes et multipliera les performances avec son club le TP Mazembe, à l’image du but qu’il a marqué à la dernière minute lors du derby face à Vita Club (3-2) à Lubumbashi.

Match après Match, le génie congolais se distingue que ce soit en championnat national ou en ligue des champions de la CAF où il marque et fait marquer les autres. Son grand retour n’a laissé personne indifférent, le sélectionneur de l’équipe nationale, Florent Ibenge y compris.

Trésor Mputu, un léopard qui retrouve ses jambes de jeunesseTrésor Mputu, un léopard qui retrouve ses jambes de jeunesseAprès sa première sélection depuis 5 ans, lors du match qui a opposé la Congo Brazzaville à la RDC au mois de Novembre dernier (1-1), les congolais comptent désormais sur le talent du numéro 8 congolais pour les prochaines échéances, notamment le dernier match au mois de Mars 2019 face au Liberia, et la prochaine CAN qui se déroulera en Égypte en Juin.

La situation de Firmin Mubele inquiète à quelques mois de la CAN

L’ailier congolais du Toulouse FC, Firmin Mubele Ndombe (24 ans), traverse une période compliquée et pire depuis son arrivée en Europe en janvier 2017. L’international congolais ne joue quasiment pas dans son club, et sa situation devient de plus en plus inquiétante à quelques mois de Coupe d’Afrique des nations 2019.

Le joueur formé à l’AS Vita Club, finaliste malheureux de la ligue des champions de la CAF 2014 avec ce club, a été acheté par le Stade Rennais (D1 Française) , après la CAN Gabon 2017, où il a fait une compétition normale, avec à son compte, un but et deux passes décisives.

Arrivé en plein milieu du championnat français en provenance de Qatar (Al Ahly Doha) , le meilleur joueur africain (2014) évoluant sur le continent , a laissé bonne impression chez les rouges et noirs sous les commandes de Christian Gourcuff.

Élu meilleur joueur du club après 6 mois seulement, le congolais n’avait pas eu de problème d’adaptation au football Européen, jusqu’à l’arrivée de Sabri Lamouchi qui lui, n’a pas beaucoup apprécié le profil du buteur Rennais.

Prêté puis racheté par Toulouse (TFC) , Firmin Mubele ne va pas toujours retrouver ses repères car n’ayant pas gagner une place dans le 11 de départ des mauves pendant toute saison. Partira ou partira pas ? le mercato hivernal n’a pas souris à l’attaquant congolais, malgré les nombreuses pistes sans succès.

Par conséquent, le surnommé «Kata Fumbwa» devrait se contenter à resté sur le banc, parfois absent sur la feuille du match alors que les grandes échéances approchent avec son équipe nationale la RDC, en l’occurrence les éliminatoires de la CAN au mois de Mars prochain, et la CAN proprement dite en Juin en Égypte.

Les congolais s’inquiètent de la situation de leur joueur qui, à force de jouer de moins en moins, ne propose plus grand chose en équipe nationale, surtout qu’il ne marque quasiment plus.

La prise de pouvoir de Francis Kazadi

Depuis son retour dans l’effectif de l’As Vclub, Francis Kazadi Kasengu prouve le meilleur que l’on pouvait penser de lui. Sans vouloir rester dans l’ombre du patenté buteur Makusu, Kazadi se montre décisif et important pou son équipe. Le surnommé Zadio répond dans les grands rendez-vous comme lors du derby de Kinshasa contre Dcmp où il inscrit le 2e but. Son doublé face à Don Bosco en championnat a démontré son sens de se muer en véritable killer.

Kazadi s’est beaucoup épanoui dans la finition comme dans le jeu collectif. Son emplacement et sa pointe de vitesse ont évolué et lui permet d’être impliqué dans les bons coups. Toujours aux côtés de Jean-Marc Makusu, Kazadi a pris le pouvoir dans la ligne offensive de ce Vita en mode appétits de buts.

En campagne africaine, le natif de la capitale monte en puissance. Passeur lors de la démonstration face à Simba 5-0, il est buteur contre la JS. Saoura et beaucoup plus altruiste dans la surface pour son compère JMMM. Kazadi a aussi été celui qui a décanté la situation face à Rangers en égalisant.

Avec la bonne gamme de prestations qu’il livre depuis le début de la saison, Francis Kazadi est en forme. Garder ce cap de performance sur le long terme serait bénéfique pour ce Vita, souvent dépendant de Makusu.

Issama Mpeko, toujours aux affaires

Né un certain 30 avril 1989 (30ans), le coriace défenseur du TP Mazembe, Issama Mpeko est devenu un exemple parfait du travail. Il incarne le sérieux, la volonté et le professionnalisme. Un modèle pour les générations qui viendront après lui.

C’est depuis 2007 que le latéral légendaire est au top de sa forme qui dure maintenant plus de 10 ans et fait de lui le titulaire indiscutable partout où il passe.

Son parcours professionnel est tellement louable, jusqu’à faire de lui le capitaine à répétition. La saison 2007-2008, le natif de Kinshasa terminait son aventure avec le FC lumière de Mbandaka et s’engagea avec DCMP jusqu’en 2011.

De 2011 en 2013, il débarque chez les dauphins noirs de l’association sportive Vita Club, où il marqua ses empreintes et s’envola pour Kabuscorp en Angola jusqu’en 2015.

Le profil du joueur, très combatif avec une conservation d’énergie incroyable, va taper à l’oeil de Moïse Katumbi et les corbeaux du TP Mazembe. L’international congolais va, depuis lors signer au TP jusqu’à ces jours.

Passeur décisif et parfois buteur, Issama Mpeko a été sélectionné en équipe nationale congolaise en 2011, il compte 38 sélections. Capitaine à maintes reprises, le témoignage de ce garçon a toujours été parfait. Très discipliné et calme, «Ya Djo» a été élu meilleur défenseur du championnat congolais la saison sportive 2017-2018.

Son hygiène de vie est bien mesuré, car n’étant pas réputé pour un fou amoureux de l’alcool et de l’ambiance de folie comme certains de ses coéquipiers. Le défenseur a réussi à faire l’unanimité et est beaucoup apprécié par presque tout le monde.

Une légende vivante, qui aurait pu évoluer en Europe pour couronner sa belle carrière.