En route vers la CAN U20 !

La sélection nationale U20 tentera d’obtenir son billet pour la 22e Coupe d’Afrique des nations des moins de 20 ans doit se dérouler en Mauritanie en 2021. Afin d’y accéder la RDC devra passer par un tournoi qualificatif. Ce tournoi à lieu à Malabo en Guinée-équatoriale.

Les poulains du sélectionneur Jean-Claude Mukanya espèrent participer à la deuxième CAN de la catégorie. Pour le faire, il faudra faire deux bons matchs face au Cameroun et face au Congo Brazzaville.

Des talents bruts sont présents. Sélectionné avec la sélection A lors du précédent rassemblement, Karim Kinvuidi.

En tête d’affiche l’attaquant du TP Mazembe, Isaac Tshibangu, est actuellement un des plus gros espoirs du pays.

Le deux groupes :

Groupe A

  1. Guinée Equatoriale
  2. Tchad
  3. RCA

Groupe B

  1. Cameroun
  2. RD Congo
  3. République du Congo

Deux équipes sur les six engagées se qualifieront pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations qui aura lieu en Mauritanie en 2020.

Le calendrier du tournoi :

MARDI 15 DECEMBRE 2020/ Stade de Malabo
13h30 Guinée Equatoriale – Tchad
16h30 Cameroun – RDC

JEUDI 17 DECEMBRE 2020/Stade de Rebola
13h00 RCA – Guinée Equatoriale
16h00 Congo – Cameroun

SAMEDI 19 DECEMBRE/Stade de Malabo
13h00 Tchad – RCA
16h00 RDC – Congo

MARDI 22 DECEMBRE 2020/Stade de Malabo
15h00 1er Groupe A – 1er Groupe B

Musaba affole l’Europe, l’Atlético entre en danse !

Anthony Musaba, qui s’est prêté au jeu des questions dans un Live avec nous lundi dernier, continue d’affoler l’Europe. Le jeune ailier de NEC Nimègue est l’objet de la convoitise des grandes écuries européennes, son avenir du côté de la deuxième division hollandaise ne tient plus apparemment qu’à un fil.

« Oui les intérêts sont réels » confirmait-il dans notre Live du lundi, au moment d’évoquer les avances de l’OM, Stuttgart et Valence. Cependant dans la nuit de ce jeudi, la presse française en rajoute une couche. A en croire les indiscrétions d’Eurosport, l’Atlético de Madrid et Dortmund ont déposé chacun une offre pour la pépite congolaise.

Agé de 19 ans et auteur de 7 buts cette saison, Musaba pourrait voir sa carrière prendre une nouvelle dimension, si son club actuel venait à considérer les offres et accepter de négocier.

Anthony Musaba : Je suis congolais

La série des Lives Instagram se poursuit. La pépite Anthony Musaba s’est prêté au jeu des questions. Prometteur ailier de 19 ans,il a tapé dans l’oeil de plusieurs gros clubs européens, dont l’OM et Dortmund. Il s’est confié sur ses ambitions, sur le Congo dont il est originaire est sur son avenir.

Les sollicitations

« Oui les intérêts sont réelles »

Anthony Musaba

Le concerné est confirme les intérêts (OM, Dortmund, VFB Stuttgart, Valence) toutefois il portera son choix pour le club qui lui proposera le meilleur projet sportif. Il ne ferme pas la porte à rester dans son club actuel.

La sélection congolaise

« Oui, j’ai pu m’entretenir avec le staff. C’était un bon premier retour. »

Anthony Musaba

Le jeune ailier est sélectionnable avec les Léopards de la RDC. Il ne ferme pas la porte à la sélection. Une sélection qui suit de près. Il a eu un contact intéressant avec le staff. Si l’occasion se présentait il en parlerait avec sa famille mais il laisse la porte grandement ouvert. Quoi qu’il arrive peut importe le choix du club auquel il jouera cela n’influencera pas mon choix. « Drogba, Eto’o, Aubameyang et Mané ont fait de grosse carrière même si ils jouent en Afrique ».

« Je ne suis plus le même qu’au moment de mon arrivée ! » Interview avec Gael Kakudji, le Léopard U23 d’Antwerp !

Alors qu’il faisait ses débuts avec l’équipe première de Royal Antwerp FC en championnat, Gael Kakudji accordait une interview à la rédaction de Léopard Leader Foot le11 décembre 2018. Âgé de 19 à l’époque, il se livrait à cœur ouvert sur son club, ses objectifs, ses racines sans oublier ses modèles. 

L’international congolais est monté en gamme au fur et à mesure jusqu’à gagner la confiance du coach Laszlo Boloni, qui n’hésite pas à l’appeler pour les matchs amicaux avec les pro.16682426-9a8d-486f-b63d-424bf904e123

« Le coach Boloni m’a montré qu’il n’y avait qu’une recette : travail, discipline, motivation ! »

Dans une nouvelle interview accordée à Léopard Leader Foot, le natif de Liège s’est montré reconnaissant envers son entraîneur, en évoquant son évolution depuis ses débuts avec l’équipe première au RAFC : « La confiance qui m’est donnée au sein de l’Antwerp me permet de progresser, de repousser mes limites. Je dirais donc que ce qui a changé, c’est surtout moi… Je savais que mon point fort était mon physique, j’ai entretenu cela pour avoir un des meilleurs cardios du club malgré ma position de défenseur. J’ai aussi beaucoup appris sur la manière de protéger mon corps des blessures, ce qui m’a permis d’avoir un temps de jeu maximal, dans les matchs amicaux de l’équipe première et en championnat avec les Espoirs : il m’est arrivé d’accumuler 180 minutes de jeu en moins de 48 heures ! Mais je me suis aussi concentré sur la technique, car ayant intégré le niveau de la D1 plus tard que la moyenne, je ne voulais pas me reposer uniquement sur le physique, je voulais évoluer à tous les niveaux. Quand j’ai fait mes débuts avec l’équipe première, le coach Boloni m’a montré qu’il n’y avait qu’une recette : travail, discipline, motivation ! »6973e26b-ce71-4c2a-8c72-523203d9c980

Ton contrat prend fin en 2021, tu comptes poursuivre ton aventure avec Antwerp ?

« Quand j’ai quitté La Gantoise pour aller à l’Antwerp, je n’avais pas encore 18 ans. C’est ici, à Anvers, qu’il y a eu les débuts en Pro League, l’intégration à l’équipe nationale congolaise U23, puis des dizaines de matchs avec les Espoirs ou en amical, avec des joueurs belges internationaux tels que Kevin Mirallas ou Steven Defour. L’Antwerp est le club qui m’a apporté la maturité : je ne suis plus le même qu’au moment de mon arrivée ! Pour ce qui est de l’avenir, l’idéal serait, pour cette dernière saison sous contrat avec eux, d’aller chercher une autre expérience : certains clubs, notamment hors de nos frontières, ont fait part de leur intérêt pour un prêt d’une saison. Il y a énormément de défenseurs dans le noyau A à l’Antwerp, je pense que je peux aller chercher plus de temps de jeu dans un autre championnat, le temps d’une saison, pour prendre une plus-value. Ce sera à voir avec mon club, et en fonction de l’évolution du coronavirus évidemment… » a-t-il confié !a2e23000-922a-4d33-9c73-212cfb13404a

« J’ai de bons contacts avec mes confrères congolais, je joue souvent à côté d’Ava Dongo… »

La Jupuler Pro League regorge pas mal des talents congolais, qui ne passent pas inaperçus aux yeux de Gael Kakudji. Au-delà de l’administration qu’il a pour eux, le Léopard U23 réussit à tisser des liens : « J’ai de bons contacts avec mes confrères congolais, je joue souvent à côté d’Ava Dongo dans les matchs amicaux avec l’équipe première et on s’entend bien. Même si j’ai la chance de le côtoyer depuis deux saisons, je reste toujours très impressionné par Dieumerci Mbokani, il m’a félicité lorsque j’ai été appelé en équipe nationale, il était content pour moi. Je m’entendais bien aussi avec Jonathan Bolingi, mais cette année il a été prêté à Eupen. J’ai croisé plusieurs fois Edo Kayembe en match, toujours aussi sérieux et déterminé, et je garde des contacts réguliers avec Nelson Balongo et Miguel Quintais, avec lesquels je suis resté très proche depuis nos voyages avec l’équipe nationale. »

Comment gères-tu cette période de confinement ?

« Un programme quotidien nous est envoyé, mais je l’enrichis souvent : je fais 12 à 15 kilomètres par jour puis des exercices techniques pendant une à deux heures. Je fais également très attention à ce que je mange : beaucoup de légumes et de fruits, peu de matière grasse. Évidemment, le foot me manque terriblement ! On garde des contacts entre joueurs, avec le coach, puis pour patienter, je regarde des documentaires et émissions sur le foot à la télé… »

Dans son parcours bien mouvementé, l’ancien défenseur des U19 de La Gantoise n’a pas connu que le football. Alors qu’il commençait à Seraing (D2) à seulement 7 ans, sa carrière prit une trajectoire incroyable. Gael s’éloigne du ballon rond pour faire du rugby pendant quelques années  en première division, tout en pratiquant de la boxe, en parallèle : « Ce sont deux sports qui m’ont permis d’être celui que je suis aujourd’hui… J’aime toujours regarder les grosses rencontres de rugby, et je vais encore régulièrement taper dans le sac, dans ma salle de sport, quand j’ai de l’énergie à dépenser. Il n’y a rien de mieux pour se vider la tête ! » Visiblement, il n’en a jamais fini avec ces sports.

Toujours aussi attaché à ses racines, le colosse d’Antwerp a conclu ses propos par un message de soutien à son pays dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Coronavirus : « Prenez soin de vous et de vos proches, la santé prime ! En Belgique, le coronavirus fait des ravages malgré la qualité des soins médicaux. J’espère de tout cœur que le Congo sera plus épargné. »

Jonathan Manzanza, le parcours d’un salésien attaché aux Corbeaux !

Né le 21 juin 1998 à Kinshasa, Jonathan Manzanza est l’un des produits de la Katumbi Football Academy, qu’il a intégré en 2012 après un test concluant.

Six ans de formation faisant de lui un milieu récupérateur de métier, le jeune fait ses preuves au KFA et rejoint le CS Don Bosco en 2018, où il est titulaire jusqu’à ce jour.

0F932BEC-2958-46CF-BD7D-423DEC34A82D

Éloigné des terrains suite à l’arrêt du championnat national pour cause de Coronavirus, Jonathan Manzanza s’est confié à la rédaction de Léopard Leader Foot.

Bonjour Jonathan. Peux-tu te présenter à nos lecteurs ? 

Je suis Jonathan Manzanza, milieu du CS Don bosco. Sur le terrain je me sens plus à l’aise quand je circule au milieu, en récupérateur ou en sentinelle. J’ai une bonne vision de jeu, je peux servir en attaque.

Comment tu vis cette période d’arrêt des compétitions suite au Covid-19 ?

Dans cette période critique surtout avec la pandémie du Coronavirus, en tant que footballeur, je vous avoue que le foot me manque énormément. Mais on n’a pas de choix, il faut se protéger et protéger les autres. J’espère au nom Jésus Christ que tout va bien se passer. En attendant je m’entraîne seul à maison, je fais des exercices : abdominaux, pompes, un peu de course, afin de garder ma forme.

Très jeune, tu as quitté Kinshasa ta ville natale, pour poursuivre ta carrière à Lubumbashi. Comment ça s’est passé ?

Au début j’avais vraiment des difficultés, même le simple fait d’y penser. Ça fait très mal d’être loin de la famille, les frères, les amis… et surtout que j’etais trop jeune. Mais au bout de quelques mois j’avais compris que c’était ça mon destin, et je me suis habitué à être loin d’eux.

Des souvenirs de Katumbi Football Academy ?

Être encadré par des grandes personnes qui comprennent très bien le football. Il y a le directeur de l’académie Regis Largeuse, le coach international congolais, Fish Mungongo, avec qui nous avons passé un temps chez Don Bosco. Un autre bon souvenir c’est la finale de la Coupe du Congo que KFA a malheureusement perdu face à Lupopo en 2015 (1-0). Mais aussi, je n’oublie jamais notre participation à un tournoi en Europe (en Norvège) en 2015.

A274F957-6333-40B4-9CFF-7A2ACFE04DDA

C’est ta deuxième saison à Don Bosco. Qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans ce club ?

L’ambiance qu’il y a en Linafoot, la cour des grands. Jouer face aux grands clubs comme Mazembe, DCMP, V.Club, Sanga Balende, Renaissance, Lupopo… sur un même gazon que des super joueurs tels que Mputu, Tulenge, Kalaba, Bongonga, Kwame, Mumbere, Kone, Mondeko… C’est quelque chose de spécial.

D4525477-5775-43C6-B7D4-860D7848F635

Au début c’était un peu difficile, quitter l’académie pour aller directement à Don Bosco. Mais avec l’aide de mes entraîneurs (coachs Kasongo, Fish, Muakasu) et celle de mes amis et coéquipiers, j’ai pu devenir un élément clé dans mon club… l’ambiance est très bonne ici.

Le club congolais qui t’attire le plus, où tu aimerais jouer un jour

Le club qui m’attire beaucoup en RDC c’est le TP Mazembe. Mais il y a aussi le Daring Club Motema Pembe, en seconde position.

Ton sentiment après ta sélection chez les Léopards U17 en 2015 ?

Je ne sais comment vous expliquer cela. Quand j’ai eu le coup de fil du coach Fish Mungongo, m’annonçant que j’étais sélectionné par le coach Éric Tshibasu pour la double confrontation face au Nigeria, je n’avais plus qu’à remercier le bon Dieu pour m’avoir donné cette opportunité.

Il t’arrive de penser à la sélection nationale ?

Oui ! Mon souhait est d’intégrer la sélection nationale des Léopards A’ pour jouer le Championnat d’Afrique des Nations, mais aussi être avec les Léopards un jour pour disputer une Coupe d’Afrique, pourquoi pas une Coupe du Monde.

Ton inspiration en RDC ?

Trésor Mputu.

Ton idole ?

Marco Verratti.

Un mot de la fin ?

Je remercie mon Dieu de m’avoir protégé et guidé durant mes années de formation au KFA, merci au président Moise Katumbi et à son épouse pour ce qu’ils font pour nous, merci aux encadreurs Fish Mungongo, Joan Curbile et au directeur de l’académie Regis Largeuse, à tous les amis devenus une famille, et aux coachs de Don Bosco. Je vais continuer à bosser dure pour atteindre mes objectifs.