Silas Wamangituka : «Le football allemand m’a toujours intéressé»

Le jeune attaquant Silas Wamangituka s’est engagé à Stuttgart. Son contrat dure jusqu’en 2024. Il rejoint Orel Mangala un autre joueur d’origine congolaise. Auteur d’une belle saison, Silas a fait le choix d’évoluer en Allemagne, un pays qu’il va découvrir pour la première fois dans sa jeune carrière.

«Cela fait longtemps que je désire jouer en Allemagne, car le football allemand m’a toujours intéressé. C’est un choix sportif et Sven Mislintat s’est montré convaincant.» a-t-il déclaré sur le site officiel de son nouveau club club. Le transfert de Silas rapporte environs 8M€ à son ancien club, le Paris FC.

Bakambu : «Ibenge n’est plus l’homme de la situation» !

L’attaquant congolais Cédric Bakambu s’est exprimé sur l’équipe nationale congolaise à travers le media SoFoot et donne un avis tranché sur les choses à améliorer à la tête de sa sélection ! Pour lui c’est clair : Florent Ibenge n’est plus l’homme de la situation.

Lorsqu’un joueur est mauvais, on le remplace. Je pense qu’il devrait en être de même à tous les niveaux, que ce soit pour les entraîneurs ou pour les responsables de la Fédération. Le football de haut niveau réclame de l’exigence à tous les niveaux, avec des remises en question à tous les postes. Et aujourd’hui, à titre personnel, je pense que Florent Ibenge n’est plus l’homme de la situation, même si je n’oublie pas qu’il a fait du très bon travail à la tête de la sélection.

Lorsqu’il a été nommé, l’équipe était au plus bas et il l’a menée à la troisième place de la CAN en 2015, puis en quarts en 2017. Mais aujourd’hui, la sélection ne progresse plus. Pour passer un cap, je pense que nous devons renouveler le staff. À sa décharge, il faut aussi dire que Florent Ibenge n’a pas été aidé, dans le sens où il n’a pas forcément été mis dans les meilleures conditions. En plus de la sélection nationale, il doit s’occuper de son club, l’AS Vita, qu’il entraîne également. Donc, il manque de temps. Je lui ai déjà demandé pourquoi il ne venait pas nous voir jouer dans nos clubs respectifs. Il m’a répondu qu’il n’avait pas le temps, et que ce n’était pas lui qui décidait, mais les instances. Normalement, cela ne devrait pas être à moi de démarcher les binationaux pour qu’ils rejoignent la sélection comme je l’ai fait avec Arthur Masuaku, Gaël Kakuta, Giannelli Imbula ou même Steven Nzonzi. Au niveau de la Fédération, il faut vraiment que des mesures soient prises pour qu’on puisse avancer tous ensemble. 

Je sais que Makelele était à Kinshasa la semaine dernière, pour rencontrer le président de la République. Mais personnellement, je ne le connais pas, donc je ne sais pas ce qu’il en est exactement.

Tout ce que je sais, c’est qu’il a été un très grand joueur, qu’il connaît le football mieux que nous tous et que son expérience lui donne suffisamment de crédibilité pour postuler de telles responsabilités. Je ne vais pas cacher que me faire entraîner par Claude Makélélé serait un honneur, mais encore une fois, je ne suis au courant de rien. J’attends simplement la suite.

Voilà qui est dit. L’international congolais a été clair.

Benik Afobé fixe ses objectifs pour la saison 2019/2020 !

Très affuté lors de la préparation, Benik Afobé fixe ses objectifs pour l’exercice 2019-2020. L’international congolais actuellement en préparation avec son club de Stoke City assure que cette saison il retrouvera son niveau.

La saison dernière l’attaquant congolais ne s’est pas illustré de façon constante (en club comme en sélection). Pour cette saison, il a déclaré par l’intermédiaire d’une interview accordée à son club : «Je veux obtenir 20 buts minimum la saison prochaine.» Une positivité qu’il faudra mettre sur le terrain. Benik a également l’intention de se donner les moyens pour retrouver la sélection congolaise.

Lema Mabidi : «Je souhaite aux soldats du peuple que du bonheur, on est tous derrière eux»

L’international congolais du Raja Lema Mabidi (Maroc) nous donne son avis sur les Léopards pour la CAN 2019, mais également sur sa saison sportive. Actuellement en fin de contrat avec son club, le milieu international congolais ne disputera pas la prochaine CAN.

Lema comment vas-tu ?

Bonjour Leopard Leader Foot, oui la santé ça va. Physiquement et moralement, je suis bien.

Comment juges-tu ta saison ?

Ma saison a été moyenne vu que je n’ai pas pu enchaîner les matchs comme il fallait. J’ai quand même eu l’opportunité de gagner deux titres majeurs : La Coupe de la CAF et la Super Coupe de la CAF. Sur les 60 matchs que mon équipe a disputée cette saison (TCC), j’en ai joué 35.

Quelle est ta situation contractuelle ?

Ma situation est que mon contrat finit le 30 juin de cette année. Je ne le renouvellerai pas. Depuis que je suis au Raja, je n’avais jamais passé des moments tels que ceux vécus cette année donc c’était vraiment compliqué pour moi mais Dieu m’a soutenu !

Peux-t-on imaginer un transfert en Europe ?

Oui c’est possible de venir en Europe cet été. Mais j’ai aussi d’autres propositions mieux que celles proposées par l’Europe. Là, j’attends la meilleure offre pour m’engager.

Après avoir évolué dans les championnats congolais et marocain, quelles sont selon toi les différences ?

Je ne peux pas dénigrer le championnat congolais car nous sommes tous passés par là. Mais je dirais seulement que tactiquement le championnat marocain est plus élevé que le nôtre, voir même mieux organisé.

D’autres joueurs congolais ont rejoint le championnat marocain.

Pour Fabrice Ngoma et Ricky Tulenge, je leur souhaite la bienvenue. Qu’ils se mettent rapidement au travail car avec ce championnat, ils auront l’opportunité de vendre leurs images.

Un pronostic pour la CAN des Léopards ?

Je vois la RDC passer le 1er tour, mais je ne la mets pas dans les favoris et les joueurs doivent garder les pieds sur terre.

Un dernier mot pour le peuple congolais ?

Pour finir, je souhaite aux soldats du peuple que du bonheur, on est tous derrière eux !

Dago Tshibamba avec l’Angola ? C’est «Non» !

Auteur d’un début de saison encourageant depuis son arrivée en Angola, Dago Tshibamba (ex : DCMP) ferme la porte à un changement de nationalité. Évoquer, un changement de nationalité aux dépens de l’Angola n’est pas du tout ce que le joueur souhaite.

«C’est déjà les vacances. Je rentre bientôt dans mon pays (RDC) voir toute ma famille, mes amis, et profiter de mes vacances. Je n’ai que 22 ans, je fais les efforts de travailler et avancer dans ma carrière footballistique. Je ne suis pas pressé pour aller changer de nationalité. Je reste congolais»

a-t-il déclaré à nos confrères du site LE RÉPUBLICAIN.CD.

Samuel Moutoussamy : «Dans tous les cas je serai pour les léopards»

Samuel Moutoussamy, né le 12 août 1996 à Paris, est un congolais qui évolue au poste de milieu de terrain au FC Nantes. Brillant cette saison nous l’avons rencontré. Il nous a parlé du Congo dont il est originaire et du FC Nantes.

Comment juge-tu ta saison ?

Si on la compare à la saison dernière c’est sur qu’il y a une grosse amélioration car j’ai joué 3 fois plus de rencontres. Je me sent beaucoup mieux sur le terrain, après c’est sur que j’aurais préféré jouer encore plus mais ce sont les choix du coach. Sur cette fin de saison il me redonne sa confiance et tant mieux !

Comment avez vous vécu l’épisode « sala » ?

Après l’épisode Sala qui fut une terrible épreuve pour nous, on peut dire que le vestiaire a su se relevé bien que la douleur soit toujours aussi présente, il faut allez de l’avant pour lui et aujourd’hui avec ces victoires ça nous redonne cette joie qu’on avait perdu.

Ma mère est congolaise et mon père est guadeloupéen

Samuel Moutoussamy
Parle nous de t’es origines.. tu es bien de la rdc ?

Ma mère est congolaise et mon père est d’origine guadeloupéenne donc mon nom de famille est celui de mon père.

Suis-tu les léopards de la rdc ?

Oui absolument, je suis l’équipe nationale. J’ai suivi toutes les compétitions et les qualifications pour la CAN, je pense qu’il y a énormément de qualité dans le groupe avec de très bons joueurs et qu’ils ont les moyens pour allez très loin dans la compétition.

En dehors des terrains, est-ce que tu CÔTOIE la culture congolaise ?

Oui bien sur en dehors du terrain j’écoute du Fally, du Fabregas, du Koffi Olomide mes grands parents sont à Kinshasa. J’y suis déjà allez plusieurs fois et je suis extrêmement proche d’eux.

La CAN 2019 approche…

CAN 2019 ? Pour l’instant je suis vraiment concentré sur mon club, faire les meilleures performances possible pour bien finir l’année. On verra à la fin de la saison mais je ne me met pas de pression particulière par rapport à ça dans tous les cas (sélectionné ou pas) je serai derrière les léopards.