Mandanda évoque son avenir

Parfait Mandanda engrange du temps de jeu et de la confiance au Dinamo Bucarest. Le portier a disputé six rencontres en tant que titulaire et affiche un bilan de 5 victoires et de 3 clean sheets.

« Cela fait toujours du bien. Chaque joueur veut gagner et apporter un plus à son équipe. C’est vrai que depuis un certain temps, c’était difficile pour moi à Charleroi. », a confié Parfait Mandanda lors d’un entretien avec Footmercato. « Là aujourd’hui, je m’épanouis. Je m’éclate sur le terrain, à l’entraînement aussi et j’en suis très content », a indiqué le gardien de 29 ans.

Prêté jusqu’à la fin de saison par Charleroi, le portier a évoqué son avenir. « La suite ? Je ne sais pas du tout. Je sais que le Dinamo veut me garder pour la saison prochaine parce qu’ils sont en train de monter un effectif pour jouer pour le titre. Le côté positif, c’est qu’ils comptent sur moi dans ce projet. Après, je suis encore sous contrat avec Charleroi jusqu’en juin 2022, donc je ne sais pas, je ne peux pas trop m’étendre là-dessus. Je suis ouvert à toutes les options : rester ici au Dinamo ou retourner à Charleroi », a conclu Parfait Mandanda.

Interview exclusive de Kalash Criminel !

En cette fin d’année la plate-forme de Léopard Leader Foot vous offre une interview exceptionnelle avec le rappeur congolais du moment KALASH CRIMINEL.

À la suite de la sortie de son album La Fosse aux Lions, le rappeur de Sevran, revient sur son parcours, son amour pour le foot et bien sûr son pays natal la RDC.
Avec son franc parler, Kalash nous dit tout à coeur ouvert et sans retenue !

Interview de Gaël Kakudji : Anwterp, Congo, objectifs, il nous dit tout.

Gaël Kakudji a fait ces débuts en championnat le week-end dernier avec Anwterp. Ce colosse de 19 ans (1,92 pour 83 kg) est un défenseur assez prometteur. Il s’est exprimé.

«J’ai 19 ans, je viens de Lubumbashi, où j’ai passé mes premières années. Je vis maintenant en Belgique, mais mon père et mes frères sont toujours au Congo, où je retourne deux fois par an. Mon parcours est assez atypique : j’ai toujours fait du football, mais durant mon adolescence j’ai aussi beaucoup pratiqué le rugby et la boxe, deux sports qui m’ont rendu plus solide et qui m’ont, je pense amener un plus pour ma position de défenseur. J’ai fait mes débuts au foot au RFC Seraing, en D1 amateur, ainsi qu’au Football club Eagles de Joli-Site, à Lubumbashi. J’évoluais l’an passé à La Gantoise, en D1, et je suis arrivé à l’Antwerp au début de cette saison.»

1m92 et 83 kg son atout numéro 1 est son physique ! 

 

 

«Oui, clairement, je joue beaucoup de mon physique, et pour les têtes, je suis efficace défensivement et aussi pour marquer des buts.»

Un profil plutôt intéressant. Il s’est également exprimé sur ces modèles. 

«Dans le championnat belge, j’aime beaucoup Luyindama pour sa puissance , mais mes exemples sont Chiellini et Koulibaly de Naples.»

Que représente le Congo pour toi ? 

«Le Congo, avant tout c’est être près de ma famille, c’est une très grande famille, il y a toujours beaucoup d’animation ! J’y ai fait mes premières expériences footballistiques, j’y ai rencontré mes premiers amis, j’y vois grandir mes deux petits frères… Le Congo, ce sont mes racines.»

Malgré sa première apparition en pro, Gaël reste lucide sur ces objectifs.
 

«Continuer à jouer tous mes matchs avec les espoirs pour avoir un maximum de temps de jeu, et je l’espère, poursuivre avec le plus possible d’entraînements au sein de l’équipe première. Pourquoi pas, être appelé encore sur un match ? Mais il faut savoir être patient. Mon objectif pour cette saison, c’est donner le meilleur de moi-même, travailler à 200 %.»

Il reste également très attentif aux résultats des léopards.
 

 

«Évidemment, je les suis de près et j’attends avec impatience leur match contre le Liberia ! J’ai beaucoup d’espoir pour la CAN, l’équipe est solide.»

En tant que congolais, il est intéressé par le projet « jeune »..

«Oui bien sûr, cela m’intéresse ! Je les suis d’ailleurs au fil de leurs matchs, grâce à votre site notamment !»

Un mot pour les jeunes qui veulent réussir ? 

«De ne rien lâcher, de toujours travailler au maximum. Le mental et la motivation, c’est là que ça se passe ! Je leur conseillerais aussi de rester la tête sur les épaules, de 

Interview exclusive de Florent Ibenge !

Le sélectionneur Florent Ibenge revient sur son contrat, la coupe du monde 2018, les léopards et le football africain. L’occasion pour le peuple congolais d’être mieux informé sur sa situation.

Beaucoup de congolais ne digèrent pas l’élimination de la coupe du Monde 2018.

Florent Ibenge : Évidemment on n’est pas content, mais il faut regarder d’où l’on vient. Ce qui fait mal aux gens c’est comment ça c’est passé. On mène 2-0 et on s’est fait rattraper, on avait fait un parcours qu’on n’avait jamais fait jusqu’à maintenant. (Seulement 1 défaite et un nul). On n’a pas bien géré nos deux confirmations face à la Tunisie, la blessure de Chancel nous a fait mal ensuite c’est Gaël qui avait été blessé.

Les gens se plaignent du fond de jeu produit avec cette génération exceptionnelle.

Florent Ibenge : L’équipe qui avait avant la mienne était peut-être dans la capacité de faire le jeu contrairement à celle d’aujourd’hui. Une génération exceptionnelle ? Mais on doit jouer dans des grands clubs. Certes on a de la qualité mais la plupart de nos joueurs jouent en D2. Nuance on a des bons joueurs mais pas une génération exceptionnelle.

Dans la génération précédente ils jouaient pratiquement tous en D1. Mais c’est vrai, on a longtemps joué en fonction de l’adversaire.

Le football d’âge est-il important ?

Florent Ibenge : On doit puiser chez les jeunes. Au niveau de notre politique technique national on doit penser à ces équipes car l’avenir ce sont eux. Une seule personne est a la DTN (Mukeba) pour tout un pays sa ne suffit pas, il faut qu’on l’aide. 

De nombreux joueurs nombreux joueurs que vous avez solliciter sont au mondial..

Florent Ibenge : Je suis toujours en contact avec Steven Nzonzi ou encore Batshuayi. Mais vous savez même si les joueurs n’optent pas pour le Congo il faut leur souhaiter de réussir.

Que pensez vous du fiasco africain au mondial ?

Florent Ibenge : L’Afrique est en retard par rapport aux autres nations. C’est dommage mais il faut continuer à travailler. Il y a une nation dont l’Afrique devra se méfier lors des prochaines échéances. Il s’agit du Maroc. Ils ont tous les ingrédients pour réussir.

  • Un Championnat professionnel
  • Des infrastructures modernes dont les centres d’entraînements
  • Équipe d’âge

Attention aussi au Sénégal, je connais Aliou Cissé depuis mes 17 ans. C’est un bosseur. On lui a confié l’équipe du Sénégal et il a fait du bien à cette sélection. C’est une très belle génération.

Certains disent que vous avez rien ramener au pays.

Florent Ibenge : L’équipe a ramené une médiale de bronze en 2015 (meilleur performance depuis 1998), le CHAN 2016, on a été en quart en 2017, dire qu’on n’a rien ramené c’est un peu dur.

Et votre situation contractuelle ? 

Florent Ibenge : J’ai dit que je n’allais pas solliciter un nouveau mandat je n’ai jamais dit que j’allais démissionner. Nuance. Par contre j’ai été sollicité. Le président est venue me voir pour me prolonger. La signature n’est pas encore faite car le président est actuellement en dehors du pays. On attend son retour pour envoyer les contrats au gouvernement. Pour le moment il y a une reconduction tacite. C’est pour ça que je suis présent.

Un boycott possible de certains joueurs ?

Florent Ibenge : C’est possible comme vous le dite. Je ne suis pas Dieu mais avec ceux que j’ai joint aucun ne m’a affirmé cela donc je ne sais pas. C’est surement des rumeurs. 

Pourquoi certains étaient déçu après le voyage en Tanzanie ?

Florent Ibenge : Certains joueurs ont été déçu en Tanzanie car cela n’était pas la première fois qu’on voyage comme cela. En Tunisie après le match aller il était prévu de tout de suite rentrer à Kinshasa. On était resté plus de 4h à l’aéropor, joueurs par terre, donc c’est compréhensible de voir leur frustration.

Interview de Jordan Ikoko

Dans un entretien accordé à foot365 Jordan Ikoko fait le point sur ses débuts en sélection congolaise.

Cette saison a aussi été marquée pour vous par vos débuts internationaux avec les Léopards de RD Congo. Comment s’est passée votre intégration ?

Jordan Ikoko : Très bien. Je connaissais des joueurs, surtout Neeskens Kebano, avec qui j’ai fait ma formation. Je connaissais aussi Youssouf Mulumbu et Marcel Tisserand. Le groupe mixe binationaux et joueurs évoluant en RDC. Il y a une très bonne cohésion, tout le monde s’entend bien dans cette équipe.

Florent Ibenge est pour beaucoup dans cette harmonie. Quel genre de coach est-il avec vous ?

C’est un très bon coach, qui sait faire la part des choses, bien mélanger, nous faire travailler et mettre l’ambiance. Il a du mérite, car il entraîne aussi un club en RDC. C’est parfois dur pour lui.

Quels souvenirs gardez-vous de cette première CAN ?

Je me rappellerai toujours de ma première sélection, avec toute ma famille, mes amis et tout le peuple congolais qui me regardait. J’ai fait un bon match en plus, c’était la cerise sur le gâteau (sourire).

Votre parcours vous laisse-t-il un goût amer, avec cette élimination en quarts de finale face au Ghana ?

Oui, c’est dommage. On n’est pas tombé sur plus fort que nous, mais sur plus mature et plus expérimenté.

La perte de Yannick Bolasie affaiblit-elle l’équipe en vue de la double confrontation face à la Tunisie ?

C’est une absence qui compte, il nous manque. Mais il ne faut pas se reposer sur un joueur. On va faire avec, on a bien fait à la CAN, on a bien fait dans les matchs de qualification. Si on gagne les 2 matchs, on est pratiquement qualifiés pour le Mondial. En tout cas, il ne faut pas les perdre.

La période n’est pas idéale pour des matchs aussi décisifs…

On va bien se préparer pour, chacun dans son club respectif. La Coupe du Monde, on en rêve !

Etiez-vous déjà allé en RD Congo précédemment ?

Non, jamais. C’est un beau pays. On sent bien que les gens adorent le foot, dès qu’on marche cinq minutes dans la rue. C’était émouvant cet accueil, je suis très content d’avoir fait ce choix.