Mercato : Jordan Botaka, direction la Ligue des Champions !

La carrière de l’ailier international congolais prend une nouvelle dimension : il va disputer la plus prestigieuse compétition interclubs européenne la saison prochaine, puisqu’il débarque à la Gantoise !

À Saint Trond VV depuis 2017 où il a marqué 6 buts en 110 apparitions, Jordan Botaka vient de s’engager avec La Gantoise, vice champion de la Jupiler Pro League cette saison avec 55 points.

Qualifiés pour la Ligue des champions la saison prochaine, les Buffalos ont misé 600 000€ sur le désormais ancien capitaine de KSTVV. Le Léopard de 26 ans est la deuxième recrue du club en l’espace de quelques jours, après Davy Roef.

Du côté du Ghelamco Arena, Botaka signe un contrat de 4 ans, celui-ci prenant fin le 30 juin 2024.

Botaka se dit « impatient de relever ce nouveau défi » et se montre ambitieux. « Mes ambitions au club sont de nous qualifier pour la Ligue des Champions tôt dans la saison et bien sûr devenir champion. C’est ce à quoi nous devons aspirer!« 

LINAFOOT : la FECOFA met fin à la saison 2019/20 !

C’était dans l’air, c’est désormais officiel : le championnat national de la République Démocratique du Congo ne va pas se poursuivre !

Cette décision, consécutive au Coronavirus, ressort d’une réunion extraordinaire du comité exécutif de la Fédération Congolaise de Football qui s’est tenue ce mercredi 13 mai.

Les retombées

Il ne restait que 7 journées. Logiquement, c’est le TP Mazembe qui finit sur le trône et est ainsi sacré champion. Avec 53 points, les Corbeaux devancent les Moscovites de l’AS Vita Club qui comptent 48 points en deuxième position. Le leader et son dauphin sont qualifiés pour la Ligue des Champions de la CAF.

Leurs poursuivants, Maniema Union (3e, 46 points) et le Daring Club Motema Pembe (4e, 42) joueront la Coupe de la CAF, alors que dans le bas du classement, l’AS Nyuki et l’OC Bukavu Dawa sont relégués en division inférieure.

Distel Zola : Youssouf Mulumbu a beaucoup fait pour mon arrivée en sélection !

Dans le sud des USA, dans l’Etat de Texas, se cache un talent dont les prouesses chez les Léopards commencent à se faire oublier : Distel Zola. De sa situation en club aux anecdotes en passant par ses débuts en sélection, le milieu de terrain s’est livré à notre rédaction via un Live Instagram.

https://www.instagram.com/p/B_4tB7gp-HD/?igshid=10j5ypudv7zad

« Mon moral est bon »

La première saison de Distel au Locomotive d’El Paso, son club actuel, coïncide avec la meurtrière pandémie du Coronavirus. Une situation qui, pour un joueur en pleine adaptation dans un nouveau club, serait un frein à son intégration et jouerait forcément sur sa psychologie. Mais l’ancien joueur de Nancy maîtrise la situation : « Mon moral est bon. Je me suis bien intégré car je me suis très bien préparé. Je m’adapte bien… »

Youssouf Mulumbu, l’une des clés de l’arrivée de Distel Zola en sélection !

L’œil regardant d’« El Capo » sur les jeunes binationaux ne date pas de la dernière pluie. En effet, alors que Zola évoluait avec les équipes de jeunes des Bleus (France), Mulumbu surgit en facilitateur pour l’orienter vers la sélection de la génération « Mulunge » : « Le premier appel c’était pour Marbella, il s’agissait de la préparation d’un match amical face au Gabon à Paris (…) Je connaissais Youssouf depuis longtemps. Il habitait avec mon cousin. Sans le savoir, on jouait déjà ensemble depuis tout petits. Je jouais avec l’équipe des jeunes de la France quand il m’a appelé. Youssouf a beaucoup fait pour mon arrivée en sélection… » a confié Distel Zola. Pour rappel, le staff technique était chapeauté à l’époque par Robert Nouzaret.

Claude Leroy, un sentiment de gratitude !

L’international congolais aura vécu la première de ses onze sélections sous Robert Nouzaret, certes, mais c’est le « Sorcier Blanc » qui lui offrait l’une de plus grandes opportunités de sa carrière : jouer sur la pelouse du mythique stade des Martyrs ! Distel n’a pas tari d’éloges son ancien sélectionneur : « Je dois beaucoup à Claude Leroy » a-t-il reconnu, avant de poursuivre « Il m’a donné l’opportunité de débuter au stade des Martyrs. C’est un coach qui connaît bien l’Afrique, il a entraîné un peu partout. Il sait gérer les joueurs, il a une âme un peu paternelle » Sur ces dernières phrases, Zola établit notamment une différence entre Leroy et Nouzaret.

Le penalty de la mort !

Le 24 mars 2013 à Kinshasa, la RDC et la Libye se quittaient dos-à-dos (0-0) dans un match comptant pour les éliminatoires de la Coupe du Monde. Alain Kaluyituka ratait alors un penalty en seconde période, qui aurait pu offrir une victoire aux Léopards. Zola nous a ramené dans les coulisses de ce scénario : « On est 0-0 à la mi-temps. On pousse jusqu’à obtenir un penalty en seconde période, mais personne n’a voulu prendre la balle. Mbokani, Mputu et Roum aimaient mettre des buts au Martyrs, mais ils n’ont pas voulu tirer. C’est finalement Kaluyituka qui prend la balle et rate le penalty, tout s’est effondré. Dans le vestiaire ça sentait la fin pour Claude Leroy. »

Comme de nombreux autres Léopards qui n’ont pas joué sous nos couleurs ces dernières années, Distel Zola reste ouvert à un retour.

Cédric Mabwati : Je ne compte pas devenir coach !

S’il a recalé la sélection espagnole et qu’il garde de bons souvenirs de son passage à l’Atlético de Madrid, Cédric Mabwati semble avoir fait une croix sur certaines ambitions quand il aura raccroché les crampons : il ne voudrait pas devenir entraîneur. Dans notre interview via un live Instagram, l’ancien ailier du Bétis Séville nous a également donné son avis sur les jeunes joueurs congolais qui montent en puissance.

La vie après sa carrière

Mabwati n’envisage pas de rester sur un banc de touche, certes, mais après sa carrière, il ne sera pas non plus loin des terrains : « Je ne compte pas devenir coach. En principe, à la fin de ma carrière je devrais m’éloigner du football. Mais j’ai suivi une formation de préparateur physique que je n’ai pas fini aux Etats-Unis. Je pense reprendre avec cette formation. » a confié l’éventuel futur préparateur physique.

« Le Congo a beaucoup de talents… »

Au fil du temps, la sélection nationale voit progressivement des générations se succéder, une occasion à chaque fois de découvrir de nouvelles pépites. A la question de savoir si l’on peut compter sur la jeunesse pour l’avenir de l’équipe, le médaillé de bronze de la CAN 2015 n’a pas balbutié : « Le Congo est bourré de talents. Les jeunes qui sont là sont très forts, ils travaillent bien, même dans leurs clubs. Jouer en équipe nationale n’est pas facile, mais on peut compter sur eux. »

L’équipe type de Cédric Mabwati

Celui dont l’idole est Cristiano Ronaldo, ne pouvait pas finir son interview sans dévoiler son équipe type des Léopards. Dans cette composition, on retrouve celui dont le nom revient dans quasiment tous les 11 idéals des invités de nos précédentes interviews, le légendaire Robert Kidiaba. Le coté nostalgique de Mabwati lui a fait penser à Sadam Ilongo et Matumona Zola Roum, mais il a aussi rendu hommage au goleador Dieumerci Mbokani.

Le 11 : Robert Kidiaba, Issama Mpeko, Chancel Mbemba, Cédric Mongungu, Jean Kasusula, Sadam Ilongo, Trésor Mputu, Matumona Roum, Biscotte Mbala, Trésor Lualua et Dieumerci Mbokani.

La Süper Lig turque de Nsakala, Luyindama et Ndongala reprend en juin !

Suspendue il y a près de deux mois (19 mars) en raison du Coronavirus, la Süper Lig devrait reprendre à partir du 12 juin.

Fabrice Nsakala (Alanyaspor), Christian Luyindama (Galatasaray) et Dieumerci Ndongala (Kasimpaca) vont ainsi retrouver les terrains avec leurs clubs engagés dans le championnat d’élite turc.

L’annonce a été faite ce mercredi 6 mai par Nihat Ozdemir, le président de la fédération turque de football :

« Nous avons pris la décision de redémarrer les ligues professionnelles aux dates des 12, 13 et 14 juin (…) Notre objectif est de terminer la saison avec le soutien de toutes les institutions (…) J’espère que nous terminerons fin juillet. » a-t-il dit lors d’un point de presse.

Après Strasbourg, Kakuta annoncé à Lens !

Entre la relégation d’Amiens en Ligue 2 et les ambitions de certains outsiders de la Ligue 1, Gaël Kakuta est de plus en plus proche d’un nouveau point de chute.

Annoncé du côté de Strasbourg il y a près d’un mois, l’ancien joueur de Rayo Vallecano pourrait poser ses valises au Racing Club de Lens, son club formateur.

Promu en Ligue 1 après la décision de l’arrêt définitif des compétitions de football en France suite à la pandémie du Coronavirus, le club nordiste espère, avant la saison prochaine, bâtir une équipe compétitive et compterait sur les sévices de l’international congolais, à en croire les informations du journal L’Equipe.