Mondial 2022 : Bastien – Kayembe, la paire qui inspire confiance

Samuel Bastian et Edo Kayembe se sont attirés des vues lors des dernières sorties des Léopards. Leur prestation au cœur du jeu ne pouvait passer inaperçue, elle leur a valu la confiance du sélectionneur, mais aussi, celle du public. A Dar Es Salam face à la Tanzanie puis à Kinshasa face au Bénin, seront-ils à la hauteur des attentes ?

Le match Tanzanie – RDC de ce jeudi est dans tous les esprits. Toujours aussi proches d’une élimination avant de jouer la dernière rencontre face aux Béninois, les Congolais ne sont pas non plus loin d’une qualification au prochain tour, mine de rien. Bien que défaits par les Barea (1-0) le mois denier, dans un match où, comme dans tous les autres, la victoire était impérative, les hommes de Cúper ont montré des signes positifs : il y avait de la détermination, ponctuée par une envie plus que lisible dans le jeu, seul le réalisme a boudé les efforts congolais. Encourageant !

Un cran au dessus en terme de niveau de jeu, la RDC, cette équipe dont le chantier devrait atteindre sa phase terminale, doit en grande partie son renouement avec les automatismes à deux pions qui ne se font pas éjecter du jeu d’échec : Samuel Bastien et Edo Kayembe. La doublure venue de la Jupiler Pro League était, sans doute, le pilote de la navette congolaise dans les précédents matchs. Sans forcer, les deux jeunes Léopards ont su se trouver dans l’entre-jeu, et pas que ça.

Des héros dans l’ombre

Loin d’être un long fleuve tranquille, les derniers matchs des Léopards étaient un virage entre vent et marrée. Mais dans le brouillard qui cachait le réalisme des attaquants, Bastien et Kayembe ont trouvé la recette pour mettre sur orbite leurs coéquipiers de devant. Si la paire Bakambu – Mbokani s’est extraite du lot des maladroits, elle mettrait logiquement le travail des deux milieux dans le générique du film de son réalisme.

Le match le plus abouti des hommes de Cúper dans ces éliminatoires du Mondial est, sans doute, la victoire (2-0) sur le Madagascar à Kinshasa. Quand le technicien argentin aligne son 4-4-2, on connaît tous déjà le refrain au milieu : Moutoussamy et Akolo se partagent les ailes, Bastien et Kayembe font le pont. Ils le font si bien, en mode chefs d’orchestres. Dans ce match là, face aux Barea, le but sur penalty de Mbokani sortait d’une action collective de grande classe. On ne l’a pas vu venir, celle-là. Comme ils se trouvent sans parler, un peu à la Xavi-Iniesta, les milieux de Eupen et Standard prenaient à défaut la défense malgache, pour ne laisser aucun choix au dernier défenseur, que de faucher Kayembe dans les 16 mètres. Cette performance est, globalement, au-dessus des standards de l’équipe ces dernières années.

Aussi forts devant que derrière

Au-delà de servir offensivement, Samuel Bastien et Edo Kayembe savent soutenir leur défense. Bien avant de gagner leurs places en sélection, chacun l’a démontré en club. La plus belle illustration est celle de Kayembe qui, cette saison, a des statistiques remarquables : 13 titularisations en autant de match avec Eupen, où il n’a été remplacé qu’une seule fois, il est aussi auteur de 4 buts. Mais un point négatif dans lequel on peut tirer du positif, c’est ses cartons jaunes depuis le début de la saison. Il en a écopé 3. On ne va pas lui en vouloir pour ça, loin de là. Cela prouve à suffisance ses efforts défensifs en club, un détail qu’on voit également en sélection. Dans ces 13 rencontres, il a joué à 4 reprises comme milieu centre droit, 6 fois comme milieu centre gauche et 3 fois comme milieu centre. Polyvalence !

Du côté de Bastien, les chiffres ne sont pas loin de ceux de Kayembe. Comme un signe. Auteur d’un but avec le Standard de Liège cette saison, le jeune Léopard a été titularisé 13 fois en 14 matchs, où on l’a retrouvé 5 fois en position de milieu centre gauche, 2 fois comme milieu défensif centre droit, 4 fois milieu centre droit, une fois milieu gauche et milieu droit. Vous vous en doutez forcément, il n’a pas échappé aux cartons (2 jaunes).

Décidément, la titularisation de Bastien et Kayembe revêt une importance capitale. En plus d’être efficaces, les deux milieux savent mettre les étoiles dans les yeux des supporters, de part leur beau jeu. Pour les deux dernières journées des éliminatoires de la Coupe du Monde, aux enjeux aussi grands qu’alléchants, la sérénité que dégagent ces joueurs seraient l’une des clés pour se surpasser. La balle est désormais dans le camp de Cúper, qui va décider sur la titularisation ou non d’excellents Bastien et Kayembe.


Emery Kabongo

Journaliste ▶️Twitter : @EmeryKabongoM ▶️Facebook : @EmKabongo ▶️Instagram : @emery_kabongo