Christian N’Sengi : « C’est un mal pour le bien »

Une formalité à remplir ce lundi face à la Gambie, avant de tourner la triste page des éliminatoires de la CAN, ouvrant la porte à celles de la Coupe du Monde 2022. En marge de la réception des gambiens au stade des Martyrs, Christian N’sengi s’est exprimé lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant match.

Battus par les Panthères (3-0) jeudi 25 mars dernier, les Léopards sont écartés de la course à la qualification pour la prochaine CAN. Les congolais étaient peu inspirés et plombés par un manque de fraîcheur physique, ils ont payé cache leur panne de concentration, face à des gabonais plus coriaces.

Du positif à tirer ?

C’est un coup dure pour les Léopards, qui seront absents de la phase finale de la CAN, une première depuis 2012. Difficile à digérer, certes, mais il faut penser au meilleur qui attend le football congolais, comme le pense le sélectionneur « Il faut que le peuple congolais puisse accepter ça (cette élimination). Je pense que c’est un mal pour le bien. Parfois, il faut accepter ça pour peut-être comprendre certaines situations et y remédier a-t-il déclaré, avant de poursuivre Il faut parfois passer par le sacrifice pour changer des choses. On ne peut pas tout le temps avoir de bonnes choses. Dieu parfois permet des choses pareilles pour accéder à des meilleures. Et c’est lui qui produit le vouloir et le faire »

Les leçons tirées de la désillusion des Léopards devraient servir dès ce lundi face à la Gambie, en principe. Mais aussi, faut-il le dire, elles seront importantes pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 « On va s’appuyer sur ce qui n’a pas été dans ces éliminatoires (de la CAN-Cameroun 2021) pour améliorer dans l’avenir » à fait savoir le DTN.

Il ne veut pas jeter l’éponge

Depuis le lendemain du cauchemar de Franceville, il n’y a de nouveau que pour lui. Lui, c’est Christian N’Sengi, bien sûr. Avec la FECOFA via son président, le sélectionneur est pointé du doigt, après le révère de ses poulains.

D’une part, des avis sont penchés vers une démission de Constant Omari, et d’autre, vers celle du technicien congolais. Mais ces avis, Christian N’Sengi n’en a rien à faire, visiblement « La démission n’est pas à l’ordre du jour » a-t-il précisé à la presse, voulant par ailleurs signifier qu’il n’était dans cette conférence que pour parler du match de ce lundi.


Emery Kabongo

Journaliste sportif, blogueur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.