Constant Omari a échangé avec le ministre des sports : «Nous avons évoqué le cas du sélectionneur»

Constant Omari a échangé avec le ministre des sports sur plusieurs sujets notamment les infrastructures, le nouveau sélectionneur de la RDC et l’affaire Guelor Kanga.

«Le ministre voulais savoir quel était la santé de tout les disciplines sportive et particulièrement le football. Dans ce cas nous avons fait un tour d’horizon complet de toute la problématique de notre football ainsi que les différentes observations sur le plan technique, administratif et stratégique.»

«Je peux vous dire que le ministre a été parfaitement éclairé du mode de fonctionnement de la fédération, sur ses ressources et surtout sur la problématique des infrastructures, qui est la problématique la plus importante aujourd’hui. Notre pays se trouve en situation de blocage, la capitale se peut plus recevoir des matches internationaux. Nous sommes obligés d’aller jouer à Lubumbashi dans un stade privé. Cela signifie que ça doit interpeller les autorités au plus haut niveau. C’est pour cela que nous avons longuement débattu sur la question des infrastructures à travers le pays (…).»

Dossier « Courbis »

«Nous avons évoqué le cas du sélectionneur, nous lui avions verbalement expliqué les conditions que nous avons reçues de celui que nous avons pointé (Rolland Courbis). Nous allons continuer à les peaufiner et à examiner ses conditions et je crois que la primeur de la réponse lui sera réservée.»

Dossier Guelor Kanga

«Il faut connaître la déontologie des dossiers à la CAF, tant que ce dossier ne connaît pas de dénouement je pense qu’il faut s’abstenir de faire des commentaires.. il ne faudrait pas nourrir les gens d’espoirs ou de désespoirs. Les éléments ont été envoyés, suffisamment fouillés et nous attendons le verdict qui initialement devait être rendu Lundi. Malheureusement les éléments que nous avons rendus en sus étaient tellement important que la CAF a préféré prendre son temps pour examiner ce dossier. À l’heure d’aujourd’hui nous ne pouvons pas faire de commentaire là-dessus.»

Un penalty, et c’est fini ! (résumé)

Victoire étriquée pour tirer les rideaux des éliminatoires de la CAN. Dans ce match sans grand enjeu, les Léopards n’avaient rien à gagner, sauf peut-être une petite dose d’honneur. Chose faite.


Après la défaite face au Gabon, Christian N’Sengi a revu sa copie pour affronter la Gambie, avec huit changements dans son 11 de départ. Sur le terrain, les résultats sont là : il y a du mieux dans le jeu, et pas qu’un peu. En effet, les Léopards ont pris du plaisir. Finalement, il n’y avait quasiment que ça à faire.

S’ils dominent ce match dans toutes les phases du jeu, les congolais ne vont tout de même pas se débarrasser de leur péché mignon : la maladresse. Une inefficacité traduite par des occasions franches loupées par Kazadi, Malango et Lilepo, qui formaient le trio d’attaque. Il a fallu un penalty en toute fin de la première période pour voir Kazadi tromper le portier adverse. Contrepied parfait, le joueur de Wydad marque par cette occasion son premier but en sélection (1-0, 45’).

Amenés par un Botaka visiblement en jambes qui a pris la place de Lilepo sorti sur blessure, les hommes de N’Sengi commencent la seconde période sur le rythme avec lequel ils ont fini la première. Le pressing est haut sur les pertes de balles, de la concentration derrière, mais surtout, du dynamisme en attaque. Il y a comme une envie de sauver l’honneur, ça saute aux yeux.

Si les congolais vont nourrir des regrets, ça ne sera forcément pas pour ce match là, qu’ils remportent (1-0) face aux gambiens. Le bilan de cette campagne est en dessous de la moyenne, à eux d’en tirer des leçons pour faire mieux lors des échéances à venir. Rendez-vous en juin pour les éliminatoires de la Coupe du Monde.

Christian N’Sengi : « C’est un mal pour le bien »

Une formalité à remplir ce lundi face à la Gambie, avant de tourner la triste page des éliminatoires de la CAN, ouvrant la porte à celles de la Coupe du Monde 2022. En marge de la réception des gambiens au stade des Martyrs, Christian N’sengi s’est exprimé lors de la traditionnelle conférence de presse d’avant match.


Battus par les Panthères (3-0) jeudi 25 mars dernier, les Léopards sont écartés de la course à la qualification pour la prochaine CAN. Les congolais étaient peu inspirés et plombés par un manque de fraîcheur physique, ils ont payé cache leur panne de concentration, face à des gabonais plus coriaces.

Du positif à tirer ?

C’est un coup dure pour les Léopards, qui seront absents de la phase finale de la CAN, une première depuis 2012. Difficile à digérer, certes, mais il faut penser au meilleur qui attend le football congolais, comme le pense le sélectionneur « Il faut que le peuple congolais puisse accepter ça (cette élimination). Je pense que c’est un mal pour le bien. Parfois, il faut accepter ça pour peut-être comprendre certaines situations et y remédier a-t-il déclaré, avant de poursuivre Il faut parfois passer par le sacrifice pour changer des choses. On ne peut pas tout le temps avoir de bonnes choses. Dieu parfois permet des choses pareilles pour accéder à des meilleures. Et c’est lui qui produit le vouloir et le faire »

Les leçons tirées de la désillusion des Léopards devraient servir dès ce lundi face à la Gambie, en principe. Mais aussi, faut-il le dire, elles seront importantes pour les éliminatoires de la Coupe du Monde 2022 « On va s’appuyer sur ce qui n’a pas été dans ces éliminatoires (de la CAN-Cameroun 2021) pour améliorer dans l’avenir » à fait savoir le DTN.

Il ne veut pas jeter l’éponge

Depuis le lendemain du cauchemar de Franceville, il n’y a de nouveau que pour lui. Lui, c’est Christian N’Sengi, bien sûr. Avec la FECOFA via son président, le sélectionneur est pointé du doigt, après le révère de ses poulains.

D’une part, des avis sont penchés vers une démission de Constant Omari, et d’autre, vers celle du technicien congolais. Mais ces avis, Christian N’Sengi n’en a rien à faire, visiblement « La démission n’est pas à l’ordre du jour » a-t-il précisé à la presse, voulant par ailleurs signifier qu’il n’était dans cette conférence que pour parler du match de ce lundi.

Marcel Tisserand fait le point avant le match de la Gambie !

Après sa grosse défaite face au Gabon 3-0 à Franceville, qui a couter l’élimination pour la qualification de la Coupe d’Afrique des Nations 2021, les Léopards ont l’ambition de limiter la casse en allant chercher la qualification pour la Coupe du Monde.


Le Capitaine de La RD Congo, Marcel Tisserand s’est exprimé pour le match de demain face à Gambie : «C’est un match qui peut nous lancer vers cette route là. Nous allons nous battre, nous sommes 28 joueurs qui ont le même état d’esprit, nous sommes là pour nous battre pour la nation. C’est un match officiel, un match très sérieux donc nous allons être très sérieux sur ce match, nous allons disputer ce match à 100%»

Marcel Tisserand, capitaine de la RDC

C’est un match très important pour les congolais qui évolueront sans supporters au Stade des Martyrs. Le défenseur du Fenerbahce a rajouté : «C’est une période difficile pour le peuple, qu’il continue de nous soutenir, nous sommes toujours avec un moral assez haut et qui soit toujours eux car sans eux nous sommes rien. Qu’ils soient présent au stade ou non on sent leurs présence.»

Les hommes de Christian Nsengi demandent du soutien au peuple congolais malgré la déception et la mauvaise prestation récente des léopards.

Une deuxième partie plus engagé

Dans un second temps le capitaine de la sélection nationale a sonné la tirette d’alarme en mettant en lumière plusieurs problèmes au sein de la sélection.

Premier point et le plus connu de tous est le suivant : «Le plus gros soucis qu’on a aujourd’hui c’est au niveau de l’organisation et des infrastructures.»

Marcel Tisserand déplore le manque de terrain pour permettre aux léopards de s’entraîner et préparer les rencontres à domicile. En parlant de jouer à domicile, le defenseur central du Fener n’a pas oublier de parler de la pelouse du stade des martyrs. Un problème souvent mis en avant par les joueurs de la sélection. Il déclare «le Stade des Martyrs nous handicap plus qu’autre chose pour développer notre jeu».

Il est vrai que le jeu proposé sur des pelouses de qualité face à la Côte d’Ivoire à Amiens, l’Algérie ou encore le Maroc parlent en faveur de nos fauves. La qualité de l’effectif devrait permettre à notre sélection de proposé un jeu séduisant. Mais «le ministre de La Défense» indique que jouer à domicile au Martyrs est comme pour eux «jouer à l’éxtérieur».

Concernant l’organisation, il a été très clair «L’organisation est inadmissible» en référence à celle pour le match face au Gabon à Franceville. Les joueurs sont arrivés le jour même du match à 1h du matin, effectivement c’est loin d’être le meilleur moyen pour préparer une renconte aussi importante.

Pour conclure, il ajoute une note positive en rappellant qu’il croit à la qualification au Mondial 2022. Le capitaine de la RDC croit en notre sélection qui possède de la qualité et un vivier de joueur très talentueux, « le Congo doit être à chaque CAN et Coupe du Monde c’est obligatoire« . Il lancera cette dernière phrase pleine de sens » j’espère que tout le monde écoutent, que ceux qui dirigent ce pays écoutent, nous avons besoin de tout le monde. Il y a du talent, que ce soit dans les instances, dans la presse, au football il y a du talent. Réunissons-nous et puis allons tous ensemble sur la même route parce qu’aujourd’hui on a besoin de tout le monde pour aller à notre objectif qui est la prochaine coupe du monde. Donc s’il vous plaît, faites tous l’effort de nous suivre car on aura besoin de tout le monde. »

Le message est passé, maintenant place à la réaction sur le terraint mais nul aucun doute que ce message du capitaine restera sans réponse…

Le cauchemar de Franceville ! (résumé)

3-0 ! On ne pouvait pas rêver pire. Sur la pelouse de Franceville, les Léopards n’ont visiblement rien fait pour le gagner, ce match. Le Gabon, le dernier voyage des congolais en vue de la prochaine CAN, car, les poulains de Christian N’Sengi ne fouleront pas le sol Camerounais, pour une compétition qu’il faudrait déjà mettre dans… les oubliettes.


Les problèmes : La sélection nationale fait face à une situation très mouvementée qui ne lui permet pas de préparer le match comme elle l’aurait souhaité. Entre un effectif très diminué, des primes et frais d’hébergements décaissés dans les ultimes minutes et un voyage très tardif de Kinshasa à Franceville, la préparation des Léopards est loin d’être rose, pas de bonne augure pour l’échéance gabonaise.

Tout est réglé, ou presque, de manière la plus urgente possible. Vingt-huit Léopards dans la liste finale de N’Sengi, à bord d’un Congo Airways qui ne quittera l’aéroport de Ndjili qu’à 21h à la veille du coup d’envois. A la congolaise !

Au Gabon, une autre histoire

Sur le papier, Christian N’Sengi aligne un 4-3-3 classique, avec Trésor Mputu en vrai numéro 10, pour son retour. Muleka (également de retour) sur la pointe de l’attaque, les choses sérieuses peuvent commencer.

Cependant ces choses sérieuses, ce sont les Panthères qui les commencent, à l’image d’une première frappe de Lemina qui fuit la lucarne gauche de Kiassumbwa (7’) et le poteau de Bouanga deux minutes plus tard (9’). De quoi effrayer les Léopards.

Enthousiastes, les gabonais installent leur domination au fil du match et se procurent des belles occasions. Les congolais auront résisté à ces assauts, avant l’éclair de Boupendza en fin de la première période, qui donne l’avantage aux locaux (1-0, 43’).

Au retour des vestiaires, Christian N’Sengi lance Malango, qui se met en évidence dès son premier ballon, se procurant sa première occasion d’une tête qu’il va malheureusement très décroiser, insuffisant pour inquiéter le portier gabonais.

A vingt minutes de la fin du match, alors que les hommes de Christian N’Sengi appuyaient sur l’accélérateur, Bouange se retrouve face à Kiassumbwa et tue tous les espoirs congolais, lorsqu’avec toute sa finesse, il place le ballon entre les jambes du portier congolais pour le 2-0 (71’). Comme si cela n’était pas déjà pénible, Aubameyang, quasiment inaperçu dans cette partie, vient crucifier la RDC (3-0, 85’). La bande à Patrice Neveu l’emporte, les Léopards peuvent se mordre les doigts.

Découvrez à quoi pourrait ressembler les 11 léopards avec toutes ses absences

Privée de plusieurs de ses cadres pour raison des restrictions liées aux tests Covid-19 après la trêve internationale, l’équipe nationale de la RDC et plusieurs autres nations africaines ne pourront compter que sur l’effectif en leur possession lors de deux prochaines journées des éliminatoires TotalCAN Cameroun 2021.


À la fin de ce mois de mars, la RDC va affronter le Gabon (le 25 mars précisément) à Franceville et 4 jours après elle recevra la Gambie pour boucler la 6e journée desdites éliminatoires. Pour ce faire, notre rédaction vous présente « à quoi pourrait ressembler les 11 léopards » avec toutes ses absences, justificatifs à l’appui.

1. Joël Kiassumbua : Avec trois clean sheets (3 matchs sans encaissés ndlr) à son actif durant ces éliminatoires, le portier congolais de Servette FC en Suisse, a certes un faible temps de jeu dans son club, mais reste à 98% le premier choix du staff pour jouer ces deux matchs, sauf imprévu.

2. Issama Mpeko : le doyen du Tout-puissant Mazembe est le joueur congolais ayant plus de sélections en équipe nationale. Toujours présent quand on a besoin de lui, l’arrière droit des corbeaux sera sans doute titulaire encore une fois, malgré la sélection de Djuma Shabani

3. Fabrice Nsakala: En l’absence de Masuaku (convalescent) et Ngonda, le joueur de Besiktas a été plusieurs fois titularisé cette saison dans son club et pendant les grandes affiches. Il pourrait ainsi saisir sa chance et être titulaire en équipe nationale, lui qui n’a plus joué en officiel avec la RDC depuis un moment.

4. Marcel Tisserand : Courageux Capitaine, le défenseur de Fenerbahçe a raté quelques derniers matchs avec son club, mais reste l’élément important dans la défense congolaise. Il va surement débuter

5. Chancel Mbemba : Grâce à ses prouesses cette saison et sa solidité qui ont permis à son Club, le FC Porto, de se qualifier en 1/4 des finales de la ligue des champions de l’UEFA, celui qu’on surnomme « demi-dieu » est l’espoir des congolais, il y’a aucune raison qu’il soit laissé sur le banc.

6. Yannick Bangala : Au regard de ses deux dernières prestations en équipe nationale, le défenseur du FAR de Maroc est un vrai prétendant à ce poste de milieu défensif

7. Jordan Botaka : Avec chiffres à l’appui depuis l’arrivée de Christian Nsengi-Biembe à la tête de l’équipe nationale, Botaka a été plusieurs fois titularisé et tout porte à croire qu’il sera reconduit, sauf changement.

8. Merveil Bope : Cadre au Standard de Liège depuis le début de cette saison, l’ancien joueur de Mazembe se caractérise par sa polyvalence à jouer en défense comme au milieu. Avec Bangala, il formeront un milieu coriace, sauf l’avis des entraîneurs !

9. J.Muleka ou W. Bwalya : C’est question du choix de profil par rapport au système mis en place par les entraîneurs. Sinon, Jackson Muleka part favori pour débuter surtout qu’il a déjà le peu d’expérience en équipe nationale. Quant à Walter Bwalya, attaquant d’Al Ahly d’Égypte, ce buteur a été recruté pour sa vitesse et sa puissance. Il a récemment permis à son club de marquer le 3e but de la victoire face à Vita Club en C1, en délivrant la passe décisive à son coéquipier. Mais il y’a aussi Ben Malango

10. Trésor Mputu : Ses capacités techniques pourront plaider pour lui dans un milieu avec Bangala et Bope. Il a déjà joué avec Muleka et se connaissent bien, surtout qu’il peut être utile pendant une heure de jeu

11. Francis Kazadi : capable de jouer en pointe sur les flancs gauche ou droit de l’attaque, l’ancien ailier de Vita et DCMP a la possibilité de commencer ce match, au regard de l’effectif en place

En bref, ce sera une équipe un peu amoindrie avec les absences de plusieurs cadres et éléments importants mais ce qui est important ce qu’il faut compter sur tout le monde pour arracher cette qualification.

Courage à tous nos fauves