Éliminatoires Mondial 2022 : Les chiffres de la RDC et ses concurrents africains

Comme beaucoup de pays du continent, Les Léopards ont dû batailler jusqu’au bout pour accéder aux barrages. L’heure est donc venue de faire le bilan, et comparer les performances en détail de cette campagne qualificative.

Tout le continent africain y compris la RDC, attend avec impatience les résultats du tirage au sort des barrages de la Coupe du Monde 2022 le 18 décembre, afin d’y voir plus clair sur son avenir.

Cependant, il est déjà possible d’analyser le niveau de la sélection nationale congolaise via les chiffres et classements des 10 pays qualifiés.

Commençons par le moins brillant : avec 11 points gagnés lors de ses 6 matchs du groupe J, les Léopards totalisent le plus faible nombre de points parmi les 10 barragistes, très loin derrière le Maroc et ses 18 points ou encore le Mali et Sénégal et leurs 16 points.

Côté offensif, malgré la gifle infligée à la Tanzanie (0-3), il y a toujours du travail à fournir. Avec 9 petits buts inscrits, les Léopards se trouvent en avant dernière position sur ses concurrents. Seuls le Ghana 7 buts et le Nigeria 9, font moins bien. L’Algérie est largement première avec 25 réalisations.

Pour la défense, rien dire ! Hormis les incroyables maliens et leur 6 clean sheets (0 but), les Marocains et Tunisiens (1 et 2 buts), aucune nation du continent n’a fait mieux que Les Léopards, qui n’ont concédé que 3 réalisations durant cette phase de groupe. Tout comme le Nigeria, le Ghana et le Cameroun.

Et enfin au classement des buteurs, après la dernière mise à jour de la CAF, Dieumerci Mbokani figure parmi les meilleurs buteurs de la compétition avec 4 réalisations. Le goleador congolais est néanmoins devancé par 5 joueurs tous à 5 buts : Ayoub El Kaabi (Maroc), Fashion Sakala (Zambie), Ibrahima Koné (Mali), Riyad Mahrez (Algérie), Victorien Adebayor (Niger) et Islam Slimani qui survole les débats avec 7 buts inscrits.

Comme vous pouvez le constater, le bon et le moins bon ressortent dans le bilan congolais. Que cela soit positif ou négatif, ces chiffres pourraient permettre aux hommes d’Héctor Cùper d’observer et juger leur qualités et leur défauts pour préparer au mieux les matchs ultra décisifs du mois de mars prochain.

%d blogueurs aiment cette page :