Le cauchemar de Franceville ! (résumé)

3-0 ! On ne pouvait pas rêver pire. Sur la pelouse de Franceville, les Léopards n’ont visiblement rien fait pour le gagner, ce match. Le Gabon, le dernier voyage des congolais en vue de la prochaine CAN, car, les poulains de Christian N’Sengi ne fouleront pas le sol Camerounais, pour une compétition qu’il faudrait déjà mettre dans… les oubliettes.


Les problèmes : La sélection nationale fait face à une situation très mouvementée qui ne lui permet pas de préparer le match comme elle l’aurait souhaité. Entre un effectif très diminué, des primes et frais d’hébergements décaissés dans les ultimes minutes et un voyage très tardif de Kinshasa à Franceville, la préparation des Léopards est loin d’être rose, pas de bonne augure pour l’échéance gabonaise.

Tout est réglé, ou presque, de manière la plus urgente possible. Vingt-huit Léopards dans la liste finale de N’Sengi, à bord d’un Congo Airways qui ne quittera l’aéroport de Ndjili qu’à 21h à la veille du coup d’envois. A la congolaise !

Au Gabon, une autre histoire

Sur le papier, Christian N’Sengi aligne un 4-3-3 classique, avec Trésor Mputu en vrai numéro 10, pour son retour. Muleka (également de retour) sur la pointe de l’attaque, les choses sérieuses peuvent commencer.

Cependant ces choses sérieuses, ce sont les Panthères qui les commencent, à l’image d’une première frappe de Lemina qui fuit la lucarne gauche de Kiassumbwa (7’) et le poteau de Bouanga deux minutes plus tard (9’). De quoi effrayer les Léopards.

Enthousiastes, les gabonais installent leur domination au fil du match et se procurent des belles occasions. Les congolais auront résisté à ces assauts, avant l’éclair de Boupendza en fin de la première période, qui donne l’avantage aux locaux (1-0, 43’).

Au retour des vestiaires, Christian N’Sengi lance Malango, qui se met en évidence dès son premier ballon, se procurant sa première occasion d’une tête qu’il va malheureusement très décroiser, insuffisant pour inquiéter le portier gabonais.

A vingt minutes de la fin du match, alors que les hommes de Christian N’Sengi appuyaient sur l’accélérateur, Bouange se retrouve face à Kiassumbwa et tue tous les espoirs congolais, lorsqu’avec toute sa finesse, il place le ballon entre les jambes du portier congolais pour le 2-0 (71’). Comme si cela n’était pas déjà pénible, Aubameyang, quasiment inaperçu dans cette partie, vient crucifier la RDC (3-0, 85’). La bande à Patrice Neveu l’emporte, les Léopards peuvent se mordre les doigts.


Emery Kabongo

Journaliste sportif, blogueur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.