Bobó Ungenda : “ Nsengi a été notre sélectionneur en 2012. Avec lui, on a toujours eu du beau football ”

Cité parmi l’un des meilleurs joueurs congolais évoluant dans le championnat angolais (Girabola), Beaubo Ungenda s’est livré à notre média pour nous parler de sa saison, de l’équipe nationale et des problèmes causés par la pandémie du coronavirus sur le plan sportif.

Salut Beaubo, comment vous allez ? Dites-nous comment vous vivez cette période de confinement avec votre famille ?

Salut, tout va bien par la grâce de Dieu, malgré cette période très difficile que nous sommes en train de traverser ; le seul coté positif, c’est d’être tout le temps près de la famille , on essaie de comprendre de mieux en mieux la façon dont nos enfants grandissent et cela nous permet de bien les orienter afin qu’ils soient utiles à la société.

C’est vrai qu’étant sportif de votre rang, rester très longtemps sans jouer, surtout que tout a été arrêté brusquement doit être difficile, comment faites-vous pour rester en forme mentalement et physiquement ?

Mentalement , ce n’est pas du tout facile de se surpasser, mais il faut être très fort en banalisant la situation tout en respectant les consignes barrières… Faire comme si de rien n’était pour ne pas stresser davantage. Écouter les musiques préférées,  jouer aux jeux vidéos etc… sont aussi des options pour ne pas trop y penser…. Physiquement, il faut toujours garder la forme en travaillant chez soi.               

Quelles sont les conséquences (du covid) sur les sportifs après la reprise des championnats?

Les conséquences, il y en aura beaucoup. Entre autres : le manque de rythme, la prise de poids chez certains joueurs qui vont minimiser les séances individuelles.

Le championnat a été arrêté : quelle place occupiez-vous au classement et quel est le sort du club ?

Avec un match en retard, nous étions 2e au classement avec 51 points derrière Petro de Luanda qui avait 54 pts. Mais si on jouait ce match en retard et en cas de victoire, on allait occuper la 1ère place avec le même nombre de points que l’actuel leader. Malgré cet arrêt brusque du championnat, nous jouerons la prochaine ligue des champions Africaine accompagnés de Petro de Luanda, bien évidement.

Avez-vous toujours un contrat avec le Primeiro do Agosto? De combien de temps encore ?

Oui, je suis sous contrat avec le club jusqu’au 30 juin 2021, donc il ne me reste qu’une seule saison.

Vous avez gagné le championnat angolais deux fois avec les Rouges et Noirs de Luanda et vous avez réussi à aider le club à retrouver un bon niveau africain. Que vous reste-il encore à faire?

Petite rectification, j’ai gagné 3 fois de suite la Girabola (championnat angolais ndlr), mais l’équipe est à son 4e sacre consécutif. Lorsque je suis arrivé au club , je m’étais fixé comme objectif de contribuer au projet du club, celui de ramener l’équipe au plus haut niveau du foot Africain. Pour l’instant, je pense que ma part dans le projet est remarquable. Même s’il faut dire la vérité, il me reste un titre majeur au niveau continental que ce soit en Ligue des champions ou coupe de la confédération .

Le championnat angolais, que plusieurs congolais sous-estimaient par moment, vous a façonné et grâce à lui, vous avez réussi à mettre tout le monde d’accord. Quel est le secret ?

Effectivement, à un moment donné, le championnat était sous-estimé suite aux mauvaises prestations des clubs en compétitions africaines. Mais actuellement le respect est revenu grâce notamment aux belles prestations en C1, et cela est le fruit des grands travaux pour arriver à réaliser certains projets du club . Le secret n’est rien d’autre que l’amour du travail, la conscience et surtout la discipline qui est la clé de toute réussite.

Quelles sont les ambitions d’Ungenda? Revenir en RDC ou viser encore un plus loin?

Revenir au pays n’est pas exclu car la vie nous réserve beaucoup de surprises, mais pour l’instant je n’y pense pas trop parce que je vise encore d’autres challenges.

Parlons maintenant de l’équipe nationale de la RDC.

Vous avez été sélectionné plusieurs fois à l’époque de Florent Ibenge, mais vous n’avez pratiquement pas joué les matchs officiels. Comment viviez vous cela?

Étant professionnel, je n’étais ni content, encore moins nerveux contre la décision du staff parce que je savais aussi que mes concurrents au poste étaient des joueurs de haut niveau. Mais je me disais toujours d’être prêt au cas où l’opportunité se présentait… la saisir en mettant tout le monde d’accord.

Vous avez récemment joué votre première CAN en Égypte. Quelle expérience avez-vous découvert ?

J’ai essayé de comprendre le football de haut niveau dans sa préparation avec les joueurs qui s’y sont habitués. En fait, cette fête africaine de foot m’a beaucoup appris non seulement dans ma vie personnelle mais aussi dans ma carrière footballistique.

Comment avez-vous jugé la manière de faire du staff technique de Florent Ibenge ? Professionnelle ou il a encore à apprendre ?

Vous savez dans la vie, on apprend tous les jours peu importe nos diplômes et expériences. J’ai passé un peu de temps avec ce staff et je l’ai trouvé professionnel du peu de moyens qu’il avait, avec de bons entraînements. Mais cela n’exclut pas le fait qu’ils peuvent apprendre encore pour se perfectionner davantage.

L’équipe nationale a un nouvel entraîneur (Nsengi) qui ne vous a pas encore appelé : êtes-vous en contact avec lui? Vous a-t-il garanti une place ?

Garantir une place? non… Mais on s’est parlé quelques jours après sa nomination à la tête de l’équipe. Je l’ai félicité et lui ai souhaité de belles choses. On s’est également parlé avant la présélection de la double confrontation contre l’Angola pour les éliminatoires de la CAN.

Après les deux matchs amicaux joués contre l’Algérie et la Côte d’Ivoire et les deux autres contre la Gambie et le Gabon, quelle lecture avez-vous fait sur le plan tactique ?

D’abord, je connais sa façon de faire les choses puisqu’il (Nsengi) a été notre sélectionneur avec les U23 en 2012. Avec lui, on a eu du beau football… En commençant derrière jusqu’en pointe. À vrai dire, tactiquement j’étais hyper content et surtout avec les nouvelles figures au milieu de terrain qui ont facilité aux attaquants de faire de bons appels pour faire du mal aux défenses adverses.

Croyez-vous que la RDC peut s’en sortir dans cette poule?

Étant optimiste et avec l’équipe que nous avons, sans toutefois sous-estimer nos adversaires qui eux aussi, voudront chercher la qualification, je crois bien qu’on se qualifiera. Mais à condition que tous restions sérieux et conscients de l’importance de ces dernières rencontres.

Un petit message pour tous les congolais qui traversent ce difficile moment de confinement….

Nous traversons une tragédie mondiale due au Covid-19, donc, nous devons respecter les gestes barrières pour mieux combattre cette pandémie tout en restant aussi à la maison pour éviter la propagation à l’étendue du pays.  Je souhaite à tout le monde une bonne santé et que Dieu vous bénisse et vous protège à jamais.

Merci de nous avoir accueilli et nous vous souhaitons une bonne suite pour votre carrière.

Merci à vous Leopard Leader foot , je vous encourage pour tout ce que vous faites pour attirer l’attention des passionnés du foot pendant cette dure période frappée par le Covid-19.  Portez-vous bien !

%d blogueurs aiment cette page :