Tracy Mpati : Devenir Léopard ? Un honneur, pour moi et pour toute ma famille !

Entre le confinement, la situation sportive difficile et ses différents objectifs, Tracy Mpati fait le point sur les aspects plus compliqués de la vie de footballeur professionnel.

Footballeur au physique de marathonien

Tracy Mpati Bibuangu, mieux connu sous le nom de Tracy Mpati, est passé par quelques clubs de la région bruxelloise avant d’exploser à l’Union Saint-Gilloise, en Proximus League (2ème division belge). En effet, sa vitesse, son endurance, son audace et sa clairvoyance ont tapé dans l’œil de plusieurs clubs de D1, mais c’est finalement vers Lokeren que le « marathonien » s’est dirigé, où il parapha un contrat de 3 saisons.

Le 20 avril 2020, suite à de nombreux problèmes financiers, le club du Pays de Waes (région dans laquelle se trouve la ville de Lokeren, ndlr) est déclaré en faillite.

Trois jours plus tard, le club annonce la fusion avec le KSV Tamise (en flamand, KSV Temse) qui donne naissance à un nouvelle structure : le KSC Lokeren-Tamise. Le club évoluera en D2 amateurs (4ème division) et ne pourra conserver aucun joueur professionnel du défunt club Lokeren, pour des raisons sportives mais surtout financières. Cette décision pousse donc les joueurs à trouver une porte de sortie ou, comme Tracy, s’inscrire au chômage en tant que demandeur d’emploi.

Vivre confiné, une opportunité

Suite aux mesures extraordinaires prises pour lutter contre la pandémie de Covid 19, la Belgique est à présent confinée depuis 47 jours. Certains voient cela comme une privation de liberté. D’autres, à l’instar de Tracy, voient le bon côté des choses: « Je dois dire que le confinement se passe bien. J’ai plus de temps à consacrer à ma famille, et cela fait du bien »

Confinement ne veut pas dire se laisser aller, et Tracy l’a bien compris : « Je maintiens la forme; je m’entraîne régulièrement en faisant de la proprioception (ndlr : entraînement qui permet d’optimiser le comportement du joueur dans sa manière de se déplacer, de courir, de frapper dans le ballon,… comme sa capacité à réagir et à anticiper) mais je fais également pas mal de vélo et de course à pied »

Quand il s’agit de discuter de la reprise du football, à nouveau Mpati positive : « Je pense que le championnat belge reprendra durant l’été »

Lokeren, le palier

Il y a 3 ans, Mpati s’est donc lié avec le Sporting Lokeren, constituant pour le défenseur un palier et donc une opportunité de se tester au plus haut niveau belge. « Lorsque j’ai signé, le club était encore en D1. J’ai rapidement pris mes marques et j’ai eu la chance d’être titularisé durant la majeur partie de la saison. Pas mal pour une première au sein de l’élite ! »

Lors d’un match face à Saint-Trond, en fin de saison, alors que son équipe mène 0-1, Tracy est contraint de quitter la pelouse, après avoir senti un craquement au niveau du pied. Quelques jours plus tard, les résultats des examens tombèrent : blessure au tendon d’Achille, nécessitant une opération, qui aura lieu 1 semaine plus tard. « Cette blessure m’a contraint à rester sur la touche durant une grande partie de ma 2ème année au club. Elle a été difficile à accepter car elle est arrivée au moment où je montais en puissance… Ce fût ma première longue absence des terrains »

Il faut relativiser et se dire que Dieu nous évite quelque chose de plus grave

L’opération se passe très bien, s’en suit une longue revalidation : « Ma revalidation s’est très bien passée, j’ai pu retrouver ma mobilité assez rapidement » Durant ces longues semaines, Tracy garde l’esprit positif malgré tout : « Dans ces moments-là, je pense à ce qui serait arrivé si je ne m’étais pas blessé. Peut-être un transfert ? Il faut relativiser et se dire que Dieu nous a protégé d’une chose plus grave »

De retour sur la pelouse après 10 mois d’absence, l’entraîneur (Peter Maes, à l’époque) semblait ne pas avoir confiance en Tracy. « J’ai ressenti ce manque de confiance. J’ai du me battre pour avoir ma place, mais dès que j’étais sur le terrain, mes qualités ont prouvé au coach qu’il avait tord de me laisser de côté »

Relégation et faillite

Malgré l’espoir et l’énergie apportés par les supporters, présents du début à la fin, le club est relégué à l’échelon inférieur : la Proximus League, antichambre de la Jupiler Pro League. « Cette saison ne fut pas évidente : d’abord la relégation, ensuite les salaires impayés… nous n’étions plus payés depuis le mois de janvier ! »

L’entrée du stade Daknam

On la sentait venir, cela devait arriver

L’inquiétude des joueurs concernant l’avenir du club, grandissant de manière exponentielle au fil des jours, avait tout à fait raison d’être puisque le président finit par annoncer la faillite du club, n’ayant pas trouvé d’accord de reprise avec différents investisseurs potentiels. «Nous nous en doutions mais une lueur d’espoir subsistait tout de même, avant que le président nous annonce la faillite, par l’intermédiaire de notre coach. On la sentait venir, cela devait arriver… »

Deux possibilités se présentèrent aux joueurs : trouver au plus vite un club, ou bien s’inscrire au chômage en tant que demandeur d’emploi. « Lors d’une faillite, tous les employés du clubs, qu’importe leur rôle, doivent s’inscrire en tant que demandeurs d’emploi. Ce fut une première pour moi, cela m’a fait bizarre… mais je ne me fais pas de soucis : ça n’est que temporaire ! »

Un avenir incertain

Les difficultés sportives, couplées aux mesures de confinement liées au coronavirus ne facilitent pas les perspectives d’avenir : « Comment je vois l’avenir ? Difficile à dire… J’irai là où le vent m’emmènera ! Avec cette pandémie, il m’est difficile de me projeter » Malgré ces difficultés, Tracy a eu des contacts avec d’autres formations : « J’ai eu des contacts avec l’un ou l’autre club, en Belgique » mais pour l’instant rien de bien concret, donc.

Arrêter le foot ? Même pas en rêve !

Une chose est sûre : rien ni personne n’empêchera Mpati de poursuivre sa carrière de footballeur : « Arrêter le foot ?! Même pas en rêve ! Je crois énormément en mes qualités et j’ai encore quelques belles années devant moi. »

Verrons-nous un jour le Marathonien évoluer en Vodacom Ligue 1 ? Cette éventualité n’est pas si utopique qu’elle n’en a l’air ! « Cette opportunité ne s’est encore jamais présentée de manière concrète, mais pourquoi pas ? Il y a des clubs ambitieux au Congo »

Entre sagesse et force tranquille

Il nous faut chercher premièrement le Royaume et la Justice de Dieu

Conscient qu’il ne sera pas le seul à être impacté par les difficultés sportives et financières des clubs de football, non seulement en Belgique mais aussi à travers le monde, Tracy Mpati tente de rester positif : « Si je devais conseiller les joueurs qui sont dans mon cas, je leur dirais de se relever après chaque chute : le chemin de chacun est préparé. Il faut user de patience, de courage et bien sûr de volonté » et insiste pour ajouter : « Il nous faut chercher premièrement le Royaume et la Justice de Dieu. Je mets Dieu en premier lieu, car sans lui je ne serais pas là aujourd’hui »

L’honneur du Léopard

Bien qu’il suive les aventures de nos Léopards, nous ne pouvons clôturer cette interview sans parler, avec Tracy, d’un éventuel avenir en sélection : « Jouer pour les Léopards ? Ce serait un honneur, pour moi et pour toute la famille ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :