C’est l’une des personnalités congolaises du moment et incontournables sur les réseaux sociaux, Noah Lunsi. Il nous a reçu pour nous accorder un entretien exclusif à la rédaction de Léopard Leader foot. Son parcours, son regard sur le foot congolais, l’affaire Batshuayi et ses projets; il nous dit tout avec joie et bonne humeur.

 

Léopard Leader Foot : Bonjour Noah, peux-tu nous faire une petite présentation de toi ?

 

Noah Lunsi : Noah Lunsi, humoriste, comédien, ancien footballeur, depuis 1 an il y a une vague « vine instagram » depuis l’année dernière. Je suis quelqu’un de très convivial, taquin, j’aime rire, « tailler » les gens.

 

J’ai vu la vidéo d’un ami qu’il a mis sur Instagram : j’étais mort de rire. Je me suis dit : je vais faire un remake. Et à ma grande surprise, ça a pris une grande ampleur, de fil en aiguille. Au début, c’était pour rire quand j’avais le temps, après l’entraînement, puis on me demandait à quand la prochaine vidéo. Bah j’ai continué et j’allais pas m’inventer une vie, j’allais parler de mon quotidien et de celui de mes proches, d’où Vieux Boxer. J’ai un oncle qui est exactement comme lui, mais je peux pas donner son nom sinon il va me taper (rires). 
J’ai vu la vidéo d’un ami qu’il a mis sur Instagram : j’étais mort de rire. Je me suis dit : je vais faire un remake. Et à ma grande surprise, ça a pris une grande ampleur, de fil en aiguille. Au début, c’était pour rire quand j’avais le temps, après l’entraînement, puis on me demandait à quand la prochaine vidéo. Bah j’ai continué et j’allais pas m’inventer une vie, j’allais parler de mon quotidien et de celui de mes proches, d’où Vieux Boxer. J’ai un oncle qui est exactement comme lui, mais je peux pas donner son nom sinon il va me taper (rires
J’ai vu la vidéo d’un ami qu’il a mis sur Instagram : j’étais mort de rire. Je me suis dit : je vais faire un remake. Et à ma grande surprise, ça a pris une grande ampleur, de fil en aiguille. Au début, c’était pour rire quand j’avais le temps, après l’entraînement, puis on me demandait à quand la prochaine vidéo. Bah j’ai continué et j’allais pas m’inventer une vie, j’allais parler de mon quotidien et de celui de mes proches, d’où Vieux Boxer. J’ai un oncle qui est exactement comme lui, mais je peux pas donner son nom sinon il va me taper (rires)
J’ai vu la vidéo d’un ami qu’il a mis sur Instagram : j’étais mort de rire. Je me suis dit : je vais faire un remake. Et à ma grande surprise, ça a pris une grande ampleur, de fil en aiguille. Au début, c’était pour rire quand j’avais le temps, après l’entraînement, puis on me demandait à quand la prochaine vidéo. Bah j’ai continué et j’allais pas m’inventer une vie, j’allais parler de mon quotidien et de celui de mes proches, d’où Vieux Boxer. J’ai un oncle qui est exactement comme lui, mais je peux pas donner son nom sinon il va me taper (rires). 
J’ai vu la vidéo d’un ami qu’il a mis sur Instagram : j’étais mort de rire. Je me suis dit : je vais faire un remake. Et à ma grande surprise, ça a pris une grande ampleur, de fil en aiguille. Au début, c’était pour rire quand j’avais le temps, après l’entraînement, puis on me demandait à quand la prochaine vidéo. Bah j’ai continué et j’allais pas m’inventer une vie, j’allais parler de mon quotidien et de celui de mes proches, d’où Vieux Boxer. J’ai un oncle qui est exactement comme lui, mais je peux pas donner son nom sinon il va me taper (rires).J’ai vu la vidéo d’un ami qu’il a mis sur Instagram : j’étais mort de rire. Je me suis dit : je vais faire un remake. Et à ma grande surprise, ça a pris une grande ampleur, de fil en aiguille. Au début, c’était pour rire quand j’avais le temps, après l’entraînement, puis on me demandait à quand la prochaine vidéo. Bah j’ai continué et j’allais pas m’inventer une vie, j’allais parler de mon quotidien et de celui de mes proches, d’où Vieux Boxer. J’ai un oncle qui est exactement comme lui, mais je peux pas donner son nom sinon il va me tap
J’ai vu la vidéo d’un ami qu’il a mis sur Instagram : j’étais mort de rire. Je me suis dit : je vais faire un remake. Et à ma grande surprise, ça a pris une grande ampleur, de fil en aiguille. Au début, c’était pour rire quand j’avais le temps, après l’entraînement, puis on me demandait à quand la prochaine vidéo. Bah j’ai continué et j’allais pas m’inventer une vie, j’allais parler de mon quotidien et de celui de mes proches, d’où Vieux Boxer. J’ai un oncle qui est exactement comme lui, mais je peux pas donner son nom sinon il va me taper (rires). 

J’ai vu la vidéo d’un ami qu’il a mis sur Instagram : j’étais mort de rire. Je me suis dit : je vais faire un remake. Et à ma grande surprise, ça a pris une grande ampleur, de fil en aiguille. Au début, c’était pour rire quand j’avais le temps, après l’entraînement, puis on me demandait à quand la prochaine vidéo. Bah j’ai continué et j’allais pas m’inventer une vie, j’allais parler de mon quotidien et de celui de mes proches, d’où Vieux Boxer. J’ai un oncle qui est exactement comme lui, mais je peux pas donner son nom sinon il va me taper (rires).

 

LLF : Quel est ton parcours footballistique ? 

 

Léopard Leader Foot : Quel est ton parcours footballistique ?

 

 

N.L : J’ai été formé à l’AJ Auxerre, je suis de la génération 1987. J’ai donc côtoyé beaucoup de joueurs qui sont aujourd’hui au plus haut niveau. Ensuite j’ai évolué en CFA, notamment à Andrezieux. Je suis aussi allé en première division au Luxembourg pendant un an. Après, je suis revenu en CFA à Chatelrault. Mon dernier club a été Izernia en Italie, club de Série C. J’ai dû rompre mon contrat à l’amiable à cause des problèmes financiers en Italie. Je suis rentré en France où j’ai eu des propositions de clubs de CFA et même National mais je voulais jouer à un niveau au dessus. Puis, je suis tombé dans les vines et elles ont pris le pas. Ce fut une ouverture professionnelle beaucoup plus concrète et sérieuse que le foot. Je vivais du foot, mais les vidéos ont pris une dimension qui ne se refuse pas

 

LLF : Quel est ton parcours footballistique ?

v

LLF : Quel est ton parcours footballistique ? 

 

LLF : Quel est ton parcours footballistique ? 

v

LLF : Quel est ton parcours footballistique ? 
LLF : Quel était ton poste en tant que joueur ? 

 

Léopard Leader Foot : Quel était ton poste en tant que joueur ?


N.L : J’ai été formé défenseur central, mais je jouais latéral et ce par rapport à ma vitesse. Ceux qui ont joué avec moi connaissent ma pointe de vitesse, donc sa veut dire si encore on fait un match attention « okomela mpema » (Tu vas souffrir) (rires). Je m’entraîne encore, quand je peux, dès qu’il y a un match je joue. Le foot  « était toute ma vie » jusqu’à l’année dernière, mais Dieu a choisi un tournant autre pour ma vie.

 

 

Léopard Leader Foot : 

 

N.L : Totalement ! J’aurais joué pour la RDC! Je pense que le choix de la France ou la RDC reste complexe. Car si j’avais le niveau de jouer pour la France ou la RDC, je ne sais pas comment j’aurais agi. Ca dépend de l’évolution de la carrière d’un joueur. A titre d’exemple, parce que c’est un ami, un joueur comme Blaise Matuidi, s’il joue pour la France c’est qu’il a les qualités et le potentiel. Mais il pourrait aussi choisir le Congo car des joueurs comme Eto’o ou Drogba n’ont rien à envier aux joueurs de l’équipe de France. C’est un choix de personne, moi j’aurai choisi le Congo. J’ai tout fait en France mais j’ai tellement peu connu la terre de mes ancêtres que la représenter m’aurait vraiment fait plaisir.

 

 

 T’informes-tu sur l’actualité footballistique ?  

 

 T’informes-tu sur l’actualité footballistique ?  

Léopard Leader Foot : T’informes-tu sur l’actualité footballistique ?

 

 

N.L : Toujours, je regards souvent L’Equipe 21, j’ai pas mal d’amis dans le milieu du foot. Par exemple, mon propre cousin Hérita (Ilunga) ancien Léopard. Donc le foot, c’est dans le sang. Je suis parisien à 100% donc je suis obligé de suivre. 

N.L : Toujours, je regards souvent L’Equipe 21, j’ai pas mal d’amis dans le milieu du foot. Par exemple, mon propre cousin Hérita (Ilunga) ancien Léopard. Donc le foot, c’est dans le sang. Je suis parisien à 100% donc je suis obligé de suivre

 

Léopard Leader Foot : Qu’as-tu pensé de la RDC lors de la CAN ?

 

N.L : Sincèrement, je pense que c’était une très bonne CAN, dans le sens où ça faisait longtemps qu’on n’avait pas été aussi structurée. Pour moi le match référence de la CAN c’est contre le Congo Brazzaville. J’ai beaucoup de respect pour mes frères brazzavillois mais on ne pouvait pas perdre contre vous (rires). La hargne qu’ils ont mis dans ce match pour revenir, je me suis dit que cette équipe, dans quelque années, va faire mal. J’ai beaucoup aimé leur état d’esprit.

 

Je tenais à leur dire « chapeau » et c’est pour ça que sur les réseaux je n’ai cessé de les féliciter. Très fier des Léopards

 

Léopard Leader Foot : Si tu devais nommer un joueur qui t’a marqué pendant cette CAN, ça serait qui ?

 

N.L : Un joueur, ça serait difficile. J’ai été footballeur je sais que c’est un sport collectif, qu’on est rien sans l’autre. Autant notre gardien Kidiaba, à qui je tire mon chapeau et lui souhaite une bonne retraite bien méritée, autant Kimwaki qui rentre et qui marque ou encore l’apport moral de Youssouf (Mulumbu), qui est en soutien, qu’on ne voit pas mais qui apporte un bien fou à l’équipe. C’est un vrai leader d’équipe. Et Yannick (Bolasie) qui a été époustouflant à la CAN grâce à son talent. Donc si je devais en sortir un, ça serait Yannick : il a prouvé que le RDC va devoir compter sur lui dans les années à venir.

 

Léopard Leader Foot : 

 

N.L : Honnêtement je sens qui si l’on garde la même équipe et qu’on ajoute deux ou trois éléments, on peut faire très mal. Il y a un bon état d’esprit dans ce groupe. Si la fédération garde le coach, qui a fait du très bon boulot, on va avoir une très bonne équipe pour les prochaines compétitions.

 

LLF : Connais-tu ou côtois-tu différents joueurs d’origine congolaise ?

 

 

N.L : Oui, Blaise Matuidi, Youssuf Mulumbu, Lynel Kiatambala  
De loin à Auxerre, je jouais avec la CFA et lui chez les pros, Romelu Lukaku, Christian Benteke, Eliaquim Mangala ainsi que Chris Mavinga, d’ailleurs je vais l’engrainer pour qu’il joue (rires). Et Harrison Manzala, qui est très fort, il faut le surveiller de très près. S’il ne fait pas n’importe quoi, ça va être quelque chose. Il a un talent brut. Dans tous les centres de formation, il y a des congolais et ça me fait vraiment plaisir. Si j’ai oublié quelqu’un, désolé (rires) ! 

N.L : Oui, Blaise Matuidi, Youssuf Mulumbu, Jires Kembo ,  Lynel Kiatambala

 

De loin à Auxerre, je jouais avec la CFA et lui chez les pros, Romelu Lukaku, Christian Benteke, Eliaquim Mangala ainsi que Chris Mavinga, d’ailleurs je vais l’engrainer pour qu’il joue (rires). Et Harrison Manzala, qui est très fort, il faut le surveiller de très près. S’il ne fait pas n’importe quoi, ça va être quelque chose. Il a un talent brut. Dans tous les centres de formation, il y a des congolais et ça me fait vraiment plaisir. Si j’ai oublié quelqu’un, désolé (rires) !

 

LLF : Vous parlez de la sélection avec ceux qui peuvent encore jouer pour les léopards ?

 

N.L : Oui, Harrison j’en ai parlé avec lui. Et même avec Hérita Ilunga.

 

LLF : Tu le vois dans la fédération plus tard ? (Ilunga)

 

 

N.L : Totalement, à la fédération il faut des gens compétents, comme toutes les grandes fédérations. Ca serait normal. Il se doit et doit travailler avec la fédération si on fait appel à lui.   

N.L : Totalement, à la fédération il faut des gens compétents, comme toutes les grandes fédérations. Ca serait normal. Il se doit et doit travailler avec la fédération si on fait appel à lui

 

LLF : Et toi, de part ta notoriété et ton approche du foot, un poste d’ambassadeur ça te dirait ?

 

N.L : Oui oui, moi je n’attends que ça. Si la fédération m’appelle, je serai leur serviteur sans problème.

 

LLF : Tu as récemment fait parler de toi sur la toile dans l’affaire Batshuyai, tu peux nous expliquer ?

Des amis à moi m’ont parlé d’un joueur qui avait manqué de respect au Congo, je me suis dit qui a fait ça ? Même Pelé ne l’a jamais fait! On me dit que c’est un joueur de Marseille, un attaquant mais moi je ne le connaissais pas. On m’apprend qu’il a refusé la sélection, mais le problème n’est pas là. J’ai des amis qui ont choisi de pas jouer pour le Congo mais pour d’autres sélections. On m’a également donné des preuves sur son non-respect, que j’ai vu comme beaucoup. On a attendu sa position mais il retweetait tous les gens qui disaient qu’il n’avait fait le bon choix de choisir la Belgique. Ca m’a attristé quand même, par rapport à la situation actuelle du Congo, on essaye de monter les marches. Je n’ai pas apprécié ses retweets alors que les gens comptaient sur lui, pour moi c’était comme s’il narguait un peu les gens ; et je n’étais pas le seul à le penser. Et comme je l’ai dit, je parle de mon quotidien dans mes vidéos. Et là on m’a dit : « vas-y Noah, traites ce sujet, fais une vidéo sur ça ». D’où la vidéo. C’est une vidéo humoristique, je n’insulte personne, j’ai tourné en dérision le sujet. Apparemment il a été touché, car il aimait beaucoup ce que je faisais. J’ai reçu des insultes de son petit frère mais je n’en ai pas tenu compte. J’ai juste averti son entourage de faire attention car lui et moi n’avons pas le même âge et qu’il serait bête d’en arriver à des choses, en dehors du football. Ca n’a rien de personnel, s’il veut qu’on se voit pour en discuter, il n’y a pas de problème. D’ailleurs, je le félicite, il a mis deux buts. Si je dois faire des vidéos pour qu’il marque, je le ferai.

 

LLF : Comment ça se passe sur Trace Tv avec Fanny ?

 

 

N.L : (rires) Fanny est une amie !!! Je tiens à stopper les polémiques, je ne suis pas son nouveau boy-friend. C’est quelqu’un qui se préserve beaucoup.  
Pour son émission, elle avait besoin d’un comédien et elle a donc pensé à moi, et ça s’est super bien passé. 

N.L : (rires) Fanny est une amie !!! Je tiens à stopper les polémiques, je ne suis pas son nouveau boy-friend. C’est quelqu’un qui se préserve beaucoup. Pour son émission, elle avait besoin d’un comédien et elle a donc pensé à moi, et ça s’est super bien passé.

LLF : Comment tu vis ta nouvelle carrière de « vineur » ?


N.L : Je le vis très bien, dans le sens où au début c’était nouveau pour moi qu’on me reconnaisse dans la rue, même si j’ai un physique qui ne passe pas inaperçu. Ce n’est pas tout le monde qui est tatoué de partout. Mais même quand tu reçois tous ces messages, tu ne comprends pas, et ça te touche ; on ne peut pas dire qu’on s’y habitue mais tu vis avec.

 

LLF : Quels sont tes projets à l’avenir ?

 

N.L : Beaucoup de choses, j’ai récemment signé avec le label de Maître Gim’s. Il y aura une série centrée autour de moi. Un court métrage arrive également, avec une approche cinématographique. Et à l’avenir, c’est une carrière d’acteur que je souhaiterais avoir si Dieu le veut.


LLF : Pour finir, aurais-tu un mot pour le peuple congolais du monde entier qui lira cette interview ?

 

N.L : Déjà, je tiens à vous remercier toute votre équipe Léopard Leader Foot de m’avoir accordé cette interview. Pour toute la diaspora congolaise, un gros big up à tous ceux qui suivent l’actualité, c’est important. Qu’on soit nés en Afrique ou en France, Belgique, Suisse et autres, on reste congolais. C’est important que là où tu vas, tu emmènes de là oà tu viens. Il faut que les gens continuent à vous lire parce que je pense que vous faites du bon travail et vous irez très loin. On est ensemble !

Merci c’est très gentil

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s